ANP Niger : Le gouvernement se penche sur le phénomène de la mendicité dans le pays ANP Le Président de la République nomme un nouveau président de l’Autorité de lutte contre la corruption au Niger ANP Niger : Les épreuves écrites de la session 2021 du baccalauréat, prévues pour le 27 juillet, reportées au 4 août prochain ANP Le Niger se dote d’une stratégie nationale de couverture sanitaire universelle pour la période 2021-2030 ACAP Ouverture à Bangui des travaux de la Table-ronde du secteur forestier ACAP Ouverture à Bangui des travaux de la Table-ronde du secteur forestier ACAP Les Magistrats recommandent l’engagement systématique des poursuites disciplinaires à l’encontre des juges indélicats ACAP Le gouvernement condamne les exactions perpétrées près de Bossangoa ACAP Le Ministre de la Justice s’entretient avec l’Ambassadeur de France en Centrafrique GNA Government to establish girls STEM SHS in Accra

Mamou-Société : Des citoyens à l’épreuve de la pénurie de viande.


  26 Mai      4        Society (28924),

   

Mamou, 25 mai (AGP)-Les fidèles musulmans de la Guinée ont célébré dimanche, 24 mai 2020 la fête de Ramadan ou l’Aïd el Fitr, marquant la fin de 30 jours de jeune. Les populations de la commune urbaine de Mamou sont dans une situation alarmante suite au manque de viande dans les boucheries de la préfecture.

 

De la boucherie de Petel à celle de Madina- Scierie en passant par la boucherie centrale de Mamou, le constat est alarmant. Partout, des Pères et Mères de famille et de simples clients, en majorité des femmes, forment la file indienne pour être servis d’un petit morceau de viande qui ne vient jamais.

 

«Depuis trois (3) jours, je viens chaque matin à la boucherie centrale de Mamou, mais jusqu’à présent je n’ai rien eu. Je me demande comment je vais retourner en famille étant donné que je suis attendu. Certainement, je vais me tourner vers les poissons ou les poulets dont l’unité est vendu jusqu’à 80 000 GNF», a expliqué Ousmane Telly Sow très remonté.

 

Les bouchers, eux ont préféré le silence radio ; mais dans les coulisses, certains évoquent la cherté des bœufs dans les marchés qui serait la cause de cette crise de viande à Mamou.

 

A rappeler que le prix du kilogramme de viande qui était à 30 000 francs guinéens n’a pas changé mais la denrée introuvable.

Dans la même catégorie