GNA EC investigating alleged illegal registration of Ivorians APS THIÈS : DÉMARRAGE DES TRAVAUX DE POSE DE LA PELOUSE DE MANIANG SOUMARÉ AGP Siguiri/Faits divers : 70.000.000 GNF brulés dans un incendie à Kintinian AGP Boké/Education: Poursuite de la paie des primes d’incitation aux enseignants AGP Boké/Education: Poursuite de la paie des primes d’incitation aux enseignants AGP Boké/Justice : Capacités des acteurs de la chaine pénale sur les garanties judiciaires d’un détenu AGP Guinée-Covid-19 : Un cumul de 50 morts sur 7.777 cas confirmés de coronavirus ANGOP Covid-19: Estado de Calamidade Pública vai até 8 de Setembro ANGOP Covid-19: Angola com mais 34 infectados e três óbitos ANGOP Covid-19: Angola com mais 34 infectados e três óbitos

Côte d’Ivoire-AIP/ Des échauffourées dans un centre d’enrôlement à Aboisso


  3 Juillet      4        Society (18520),

   

Aboisso, 3 juil 2020 (AIP)- Des échauffourées ont éclaté, jeudi, dans un centre d’enrôlement au groupe scolaire Ebouakro situé dans la commune d’Aboisso lorsqu’un groupe de 25 personnes venues s’y faire enrôler ont été prises à parties par d’autres personnes au motif que ces 25 personnes n’habitent pas la commune et qu’elles y auraient été convoyées servir de bétail électoral.

Les plaignants fondent leur argumentaire sur le code électoral révisé qui consacre la suppression de la référence aux « intérêts économiques et sociaux » comme condition d’inscription sur la liste électorale, et son remplacement par des critères se référant au « domicile », à la « résidence », au « lieu d’inscription au rôle des contributions » et au « lieu d’immatriculation des Ivoiriens à l’étranger », à l’effet de lutter contre la transhumance des électeurs.

Ensuite évoquent le fait que les nouvelles dispositions légales mettent un accent particulier sur les sanctions encourues pas ceux qui acceptent de jouer le rôle de bétail électoral en se faisant enregistrer sur les listes de localités avec lesquelles ils n’ont aucun intérêt particulier.

Ces 25 personnes, interrogées par l’AIP, ont dit venir de Nougoua, un village de la sous-préfecture de Noé. Certains plaignants ont argué qu’elles viendraient de Djéhouan, un village ghanéen situé non loin de la frontière avec la Côte d’Ivoire.

Ces personnes empêchées de s’enrôler, s’inscrivent pour la première fois sur la liste électorale selon elles. Elles disent détenir des cartes nationale d’identité et ne sont pas obligées de fournir un certificat de résidence pour se faire enrôler.

Les forces de l’ordre sont intervenues pour calmer les esprits et les 25 personnes en question sont retournées chez elles.

Côte d’Ivoire-AIP/ Des échauffourées dans un centre d’enrôlement à Aboisso


  3 Juillet      5        Society (18520),

   

Aboisso, 3 juil 2020 (AIP)- Des échauffourées ont éclaté, jeudi, dans un centre d’enrôlement au groupe scolaire Ebouakro situé dans la commune d’Aboisso lorsqu’un groupe de 25 personnes venues s’y faire enrôler ont été prises à parties par d’autres personnes au motif que ces 25 personnes n’habitent pas la commune et qu’elles y auraient été convoyées servir de bétail électoral.

Les plaignants fondent leur argumentaire sur le code électoral révisé qui consacre la suppression de la référence aux « intérêts économiques et sociaux » comme condition d’inscription sur la liste électorale, et son remplacement par des critères se référant au « domicile », à la « résidence », au « lieu d’inscription au rôle des contributions » et au « lieu d’immatriculation des Ivoiriens à l’étranger », à l’effet de lutter contre la transhumance des électeurs.

Ensuite évoquent le fait que les nouvelles dispositions légales mettent un accent particulier sur les sanctions encourues pas ceux qui acceptent de jouer le rôle de bétail électoral en se faisant enregistrer sur les listes de localités avec lesquelles ils n’ont aucun intérêt particulier.

Ces 25 personnes, interrogées par l’AIP, ont dit venir de Nougoua, un village de la sous-préfecture de Noé. Certains plaignants ont argué qu’elles viendraient de Djéhouan, un village ghanéen situé non loin de la frontière avec la Côte d’Ivoire.

Ces personnes empêchées de s’enrôler, s’inscrivent pour la première fois sur la liste électorale selon elles. Elles disent détenir des cartes nationale d’identité et ne sont pas obligées de fournir un certificat de résidence pour se faire enrôler.

Les forces de l’ordre sont intervenues pour calmer les esprits et les 25 personnes en question sont retournées chez elles.

Dans la même catégorie