GNA EC investigating alleged illegal registration of Ivorians APS THIÈS : DÉMARRAGE DES TRAVAUX DE POSE DE LA PELOUSE DE MANIANG SOUMARÉ AGP Siguiri/Faits divers : 70.000.000 GNF brulés dans un incendie à Kintinian AGP Boké/Education: Poursuite de la paie des primes d’incitation aux enseignants AGP Boké/Education: Poursuite de la paie des primes d’incitation aux enseignants AGP Boké/Justice : Capacités des acteurs de la chaine pénale sur les garanties judiciaires d’un détenu AGP Guinée-Covid-19 : Un cumul de 50 morts sur 7.777 cas confirmés de coronavirus ANGOP Covid-19: Estado de Calamidade Pública vai até 8 de Setembro ANGOP Covid-19: Angola com mais 34 infectados e três óbitos ANGOP Covid-19: Angola com mais 34 infectados e três óbitos

Mamou-covid-19: Cinq(05) responsables de bars et boites de nuit interpellés


  4 Juillet      7        Society (18520),

   

Mamou, 04 juil. (AGP)- C’est le procureur de la République près le Tribunal de Première Instance (TPI) de Mamou qui confirmé la nouvelle.

 

Cinq (05) gérants, propriétaires de Bars et de boites de nuit, ont été interpellés par des agents du commissariat central de police de la ville carrefour.

 

Ils sont accusés d’avoir ouvert leurs lieux de réjouissance, malgré l’état d’urgence sanitaire décrété par le président de la République, professeur Alpha Condé.

 

Interrogé, le procureur de la République près le tribunal de première instance de Mamou, Elhadj Sidiki Camara a souligné :«Au cours de la soirée du jeudi, 02 juillet 2020, notre parquet a été saisi par le commissariat central de police de Mamou, d’un procès-verbal dressé contre les citoyens Mathos Haba, Mamadou Samba Boiro, Mamadou Djouldé Bah, Boubacar Kaba et Aboubacar Doukouré Sylla, pour rébellion.

 

Tous ces suspects sont gérants, propriétaires de bars et de bars-Dancing. Ils sont poursuivis pour avoir violé systématiquement les mesures édictées par Monsieur le président de la république, le professeur Alpha Condé, relatives à la fermeture momentanée des lieux de loisirs. Ils se sont, nonobstant ces mesures, obstinés à rouvrir leurs boites de nuit et bars-restaurants, qui sont bondés toute la nuit par des noctambules », a poursuivi le procureur de la République près le tribunal de première instance de Mamou.

 

Aux dernières nouvelles, le dossier a été qualifié de flagrant délit, et le procès pourrait s’ouvrir mardi, 07 juillet.

Dans la même catégorie