MAP Liban : 80.000 enfants déplacés suite aux explosions de Beyrouth (ONU) MAP Zimbabwe : le nombre d’infections au coronavirus a doublé en deux semaines (ONU) MAP Covid-19: feu vert pour les festivals et les évènements culturels au Québec MAP Algérie : Effondrement de trois maisons et fissures dans une trentaine d’autres suite à un séisme à Mila APS DÉCÈS DU KHALIFE DE MÉDINA BAYE : MACKY SALL REÇOIT LES CONDOLÉANCES DE MUHAMMADU BUHARI VIA DES ÉMISSAIRES APS LA BAISSE DE LA CRIMINALITÉ S’EST POURSUIVIE EN JUILLET, SELON LA POLICE APS UN DE SES VOLONTAIRES ACCUSÉ D’ATTOUCHEMENTS SEXUELS, LA CROIX-ROUGE INVOQUE SES EFFORTS ET SON ACTION GNA Management of Bright SHS condemns act of violence GNA WASSCE: GES dismisses 14 students; interdicts three teachers for indiscipline GNA Parliament approves GH¢11.9 billion for government to meet public expenditure

Gabon/ Justice: Des peines maximales pour les trafiquants des produits forestiers


  10 Juillet      49        Society (18298),

   

Libreville, le 10 Juillet (AGP)- La Chambre spéciale du tribunal de première instance de Libreville, a tenu du 29 juin au 03 juillet 2020, quatre audiences sur des questions liées à l’environnement et au trafic des produits issus des espèces protégées de la faune et de la flore. Il s’agissait de deux audiences de délibéré et de deux autres de plaidoirie. Lesdites affaires avaient été portées devant les juges par le ministère des Eaux et Forêts.

Les juges ont rendu public des audiences de délibéré et de plaidoirie sur les questions liées à l’environnement et au trafic des produits issus des espèces protégées de la faune et de la flore. Deux affaires de délibéré ont été enregistrées. La première portait sur le bois, et la seconde sur l’ivoire. De même, deux autres affaires portant sur le trafic d’ivoire pour des audiences de plaidoirie.

«En effet, la société JSD, spécialisée dans l’exploitation forestière, est impliquée dans une affaire de trafic de Kévazingo, une essence interdite d’exploitation en forêt gabonaise. Deux des représentants de cette entreprise avaient été arrêtés le 9 décembre 2019 pour exploitation de ce bois protégé. Les nommés Huan Renren et Zhou Shengion ont été jugés le 26 juin dernier, et reconnus coupables de l’exploitation d’une essence interdite et de manœuvres frauduleuses. Ils ont été condamnés à un (1) an de prison et quatre (4) mois avec sursis. Une amende de 100.000.000 de francs CFA à payer à l’Etat leur a été infligée. Ils sont censés sortir  de prison en février 2021», a expliqué un enquêteur proche du dossier.

Poursuivant son propos, il a indiqué que la seconde affaire délibérée mettait en cause deux trafiquants d’ivoire. «Ignace Guiamoussangou et Judicaël Lemi avaient été appréhendés au mois d’octobre 2019 dans la province du Haut-Ogooué, en possession de deux pointes d’ivoire destinées à la vente. Le 26 juin dernier, ils ont été reconnus coupables de transport, de détention et de vente d’ivoire. Les deux hommes ont été condamnés à deux (2) ans de prison dont un (1) avec sursis. Ils doivent payer une amende de 1.585.000 francs CFA et 1.000.000 de francs CFA de dommages et intérêts. Détenus depuis leur arrestation, ils devraient sortir de prison au mois de septembre 2020», a-t-il déclaré.

S’agissant des audiences de plaidoirie sur deux affaires portant sur le trafic d’ivoire. On note que quatre autres trafiquants pourraient être reconnus coupables le 10 juillet 2020. Il s’agit pour la première affaire, de Sawadogo Alassan et Kere Daouda qui avaient été arrêtés au mois d’octobre 2019 en possession d’une pointe d’ivoire. Ils vont être jugés pour tentative de vente d’ivoire. Le 3 juillet 2020, le procureur a requis la peine maximale.

L’enquêteur a précisé que l’avocat du ministère des Eaux et Forêts a demandé comme dommages et intérêts pour le ministère en charge de la faune, un montant de 5.000.000 de francs CFA. Pour la seconde affaire, il s’agit de Bouasse Traoré  et Guy Ayi Mintsa qui avaient également été arrêtés pour trafic d’ivoire. Lors de leur procès, le procureur a requis la peine maximale alors que l’avocat a demandé 5.000.000 de francs CFA de dommages et intérêts.

L’ONG Conservation Justice qui lutte pour la protection de l’environnement et des espèces menacées de disparition félicite les décisions qui ont été rendues publiques.

Dans la même catégorie