GNA « I didn’t come to cause a mess in the music industry » – Shatta Wale GNA Stonebwoy calls for the need for musicians to join Covid-19 awareness drive AIP Côte d’Ivoire-AIP / Le lac aux caïmans de Yamoussoukro n’attire plus AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Un ancien député raconte son vécu de la fête nationale, le 7 août 1960 ACI Plus de 100.000 candidats répartis en 389 centres affrontent le Bepc AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Années indépendances : Aspro Bernard, un souvenir musical encore vif à Agboville AIP Côte d’Ivoire-AIP/International/ Les explosions à Beyrouth ont fait plus de 100 morts (Croix-Rouge) AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Fête nationale 1971 ou l’année des grandes réalisations socio-économiques à Bondoukou AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Fête nationale 1971 ou l’année des grandes réalisations socio-économiques à Bondoukou ACI Congo/Économie : Plaidoyer pour ajuster les stratégies des activités informelles

Alliance interethnique : Les Kôyaka de Séguéla réclament la dépouille du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly


  14 Juillet      5        Society (18298),

   

Séguéla, 14 juil 2020 (AIP) – Les populations autochtones de Séguéla, les Kôyaka, réclament, par la voix des chefs de village qui se sont réunis le mardi 14 juillet 2020 chez le chef central, Diomandé Nama, la dépouille du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly qu’ils estiment leur revenir de droit dans le cadre des alliances interethniques.

« Nous sommes en deuil. Nous avons perdu un fils et dans la tradition, il faut qu’on vienne nous demander la permission d’abord. (…) Nous ne voulons pas qu’il soit enterré à Korhogo parce que nous pouvons le faire ici », s’est exprimé Diomandé Nama en présence d’une dizaine de chefs de village, représentant les 216 chefs de village du département de Séguéla.

Dans la tradition des peuples ivoiriens, les Senoufo sont alliés à plusieurs ethnies dont les Kôyaka, les Gouro, les Yacouba et, au-delà des frontières nationales, les Peulh.

« Le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly est un jeune de Séguéla, c’est un Kôyaka qui s’en est allé. (…) On souhaite donc qu’on nous donne le corps de notre fils. On va faire les funérailles ici, tout est prêt ici pour ça », a renchéri le chef de Sifié, Méité Mamadou, tout en se faisant le porte-voix des chefs qu’il dit mobilisés pour réaliser ce pan de la tradition.

Décédé le 8 juillet à Abidjan suite à un malaise cardiaque, Amadou Gon Coulibaly a droit, dès ce mardi 14 juillet, aux hommages de la Nation avant l’inhumation prévue vendredi à Korhogo, sa ville d’origine.

(AIP)

Dans la même catégorie