GNA EC investigating alleged illegal registration of Ivorians APS THIÈS : DÉMARRAGE DES TRAVAUX DE POSE DE LA PELOUSE DE MANIANG SOUMARÉ AGP Siguiri/Faits divers : 70.000.000 GNF brulés dans un incendie à Kintinian AGP Boké/Education: Poursuite de la paie des primes d’incitation aux enseignants AGP Boké/Education: Poursuite de la paie des primes d’incitation aux enseignants AGP Boké/Justice : Capacités des acteurs de la chaine pénale sur les garanties judiciaires d’un détenu AGP Guinée-Covid-19 : Un cumul de 50 morts sur 7.777 cas confirmés de coronavirus ANGOP Covid-19: Estado de Calamidade Pública vai até 8 de Setembro ANGOP Covid-19: Angola com mais 34 infectados e três óbitos ANGOP Covid-19: Angola com mais 34 infectados e três óbitos

Examens scolaires : comment les candidats malades sont sauvés par le corps médical (reportage)


  14 Juillet      3        Innovation (2473),

   

Divo, 14 juil 2020 (AIP) – Le corps médical, généralement associé à l’organisation des examens de fin d’année scolaire, mène souvent des actions discrètes pendant le déroulement des épreuves. Par leur présence et leurs interventions dans les centres d’examen, ils parviennent à rassurer et soigner des candidats malades ou stressés, sur le point d’abandonner. À l’occasion, des épreuves écrites du BEPC 2020 à Divo, ces sauveteurs d’élèves en détresse dans des centres d’examen de la ville s’ouvrent sur leurs interventions.

Empêcher que les élèves candidats interrompent leur examen pour cause de malaise ou maladie

 

Le lancement de ces épreuves écrites du BEPC a eu lieu au Groupe scolaire ISAM, au quartier Gremian, en présence de l’autorité préfectorale, des responsables régionaux de l’éducation nationale, de ceux des Forces de sécurité et du médecin chef du Service de santé scolaire et universitaire – Santé adolescents et jeunes (SSSU/SAJ) de Divo.

Après la cérémonie officielle, présidée lundi à 7H30 par le représentant du préfet de région, Kacou Christophe, Secrétaire général de préfecture, l’infirmier de service, Akpé Akpé Honoré, observe à 08H20, à l’entrée de l’infirmerie du groupe scolaire ISAM, une jeune fille noire, tressée, de petite taille, emmitouflée dans un pull bleu et blanc, porté au-dessus d’une jupe bleu-marine. Elle est assise, grélotante, un cache-nez au visage.

L’infirmier, en blouse blanche, masque orange, fait rentrer la jeune fille dans son cabinet, où se trouve une salle de réception et une salle de soin. Il la fait asseoir et lui demande ce qui se passe. « J’ai froid et je vomis jaune depuis tout à l’heure », répond l’élève, Kéita Karidja, âgée de 16 ans, en classe de 3ème au lycée moderne 2 de Divo. Elle compose au groupe scolaire ISAM, en salle 11.

Kéita Karidja a fait sa crise au démarrage des épreuves écrites, au cours de la composition de français. Après un examen rapide de sa patiente, l’infirmier diagnostique un palu. Il rassure l’élève et lui demande d’être sereine, d’avoir assez de détermination pour poursuivre l’examen, car il n’y a plus de session de rattrapage pour les malades, comme c’était le cas dans le passé.

Le soignant donne les premiers soins, avec quelques comprimés pour faire baisser la fièvre. Au bout de quelques minutes, déterminée à poursuivre l’examen, Karidja retourne en classe. A la fin des épreuves de la matinée, aux environs de 12H00, elle revient voir l’infirmier avec une meilleure mine. Celui-ci lui prescrit un complément de médicaments à acheter pour bien traiter son mal.

« C’est cela notre rôle, notre raison d’être présents à ces examens scolaires », déclare satisfait l’infirmier, Akpé Honoré.

Comment est organisée l’assistance médicale aux candidats des examens scolaires

L’opération d’assistance médicale aux cours des examens de fin d’année scolaire est coordonnée par le centre médical SSSU/SAJ de Divo, situé au quartier Boudoukou, non loin de la prison civile. Ce centre dépend du ministère de la Santé et de l’Hygiène publique.

Le responsable local du SSSU/SAJ, Dr Ncho Kouassi Justin, a expliqué qu’il joue le rôle de coordonnateur de l’opération d’assistance médicale dans l’ensemble des centres de santé ouverts dans les différents centres d’examen.

 

Chaque année, souligne-t-il, avant le démarrage des examens de fin d’année scolaire, allant du CEPE au BAC, le SSSU/ SAJ envoie un courrier au Directeur régional de l’éducation nationale et de l’enseignement technique (DRENET) pour demander le nombre de centres d’examen ouverts et leurs situations géographiques, afin d’y affecter un infirmier ou une infirmière par centre. Chaque centre est doté de médicaments, en provenance d’Abidjan, fournis par le Programme de santé scolaire et universitaire.

Les infirmiers affectés dans les centres restent toute la journée en contact avec le coordonnateur. Ils lui rendent compte quand surviennent des cas et vont en fin de journée au SSSU/SAJ, pour faire un point général de la journée.

Un examen du BEPC 2020 relativement calme au plan médical à Divo

Un tour dans trois autres infirmeries de centres d’examen de la ville, a permis de constater que la première journée des épreuves écrites du BEPC a été moins mouvementée, pour le corps médical affecté dans ces centres.

 

En effet, au centre d’examen du groupe scolaire Djiboua, de même que dans ceux des lycées modernes 1, 2 et 3, les infirmiers de service ont signalé, pour cette première journée, peu de  cas d’élèves malades, venus se faire soigner.

Un cas a été enregistré au groupe scolaire Djiboua, où l’infirmier Kouakou Yao Raymond, a déclaré avoir reçu dans la matinée un cas de palu, concernant une candidate qui faisait de la fièvre avec des sensations de vomissement. Le traitement administré a permis à la patiente de poursuivre les épreuves.

Au lycée moderne 3, l’infirmier, Assamoi Hyacinthe, a déclaré n’avoir reçu de cas de candidat malade toute la journée de lundi.

Le médecin-chef du SSSU/SAJ et coordonnateur du suivi médical des candidats a également déclaré avoir eu peu de cas de maladie pour la journée de lundi, dans l’ensemble des 15 centres d’examen, retenus pour la région, notamment à Divo, Lakota, Guitry, Hiré. Aucun cas grave n’a été signalé non plus.

Les Services de santé scolaire et universitaire – Santé adolescents et jeunes (SSSU/SAJ) sont des émanations du ministère de la Santé et de l’hygiène publique, visant une prise en charge médicale particulière des élèves, étudiants, et des jeunes de façon globale. L’objectif du ministère est d’en avoir dans tous les districts sanitaires de Côte d’Ivoire, pour une meilleure éducation à la santé des adolescents et des jeunes.

Par arrêté N°400/MEMSP/CAB du 20 Décembre 2001, portant création du Programme national de santé scolaire et universitaire (PNSSU), le ministère de la santé avait initialement déterminé le rôle de ces centres de santé scolaire et universitaire, dont la cible s’est étendue par la suite.

« Le  but du programme  est de contribuer à la promotion de la santé des élèves et des étudiants en leur fournissant un ensemble de prestations préventives, curatives et promotionnelles, afin de leur assurer un développement physique, mental, intellectuel et social harmonieux », a-t-on souligné dans le PNSSU de 2001.

 

Un reportage de Jean-Marie KOFFI

Chef du Bureau régional AIP du Lôh-Djiboua (Divo)

Dans la même catégorie