GNA COVID-19 calls for renewed commitment, Bishop Grant Essilfie GNA No School children was drowned in floods-NADMO Director GNA Men encouraged to be agents of change GNA Increase legal fine for perpetrators of child marriage – Facilitators GNA GRNMA urges managers to direct attacks to employer GNA Don’t undermine the COVID protocols GNA GNCCI establishes credit union to support businesses GNA Ghanaians are appreciative of President Akufo-Addo’s achievements- CVM GNA New National decentralisation policy and strategy to promote downward accountability and economic development GNA NADMO, police probe death of Ghanaian juvenile players

Plus de 100.000 candidats répartis en 389 centres affrontent le Bepc


  5 Août      10        Society (19385),

   

BRAZZAVILLE, 05 AOÛT (ACI) – Au total 100.246 candidats, répartis dans 389 centres d’examen, passent les épreuves du Brevet d’études du premier cycle (Bepc), session de 2020, depuis le 4 août dernier sur toute l’étendue du territoire national.

Cette session, qui va se dérouler en quatre jours, a été lancée par le ministre de l’enseignement primaire, secondaire et de l’alphabétisation, M. Anatole Collinet Makosso, accompagné de plusieurs personnalités du pays, dont le préfet de Brazzaville, l’adjoint au maire de Brazzaville, le conseiller du Chef de l’Etat à l’éducation et les deux présidents de la commission éducation des deux chambres du Parlement.

Pour le lancement de cette session, le ministre en charge de l’éducation et sa suite ont commencé par les collèges de l’enseignement général (Ceg) de la ‘’Fraternité’’, ‘’Nganga Edouard’’ et le lycée de la ‘’Révolution’’, tous des centres de Brazzaville qui comptent au total 4.422 candidats répartis dans 98 centres.

A l’issue du lancement des épreuves qui ont commencé par les mathématiques, M. Makosso s’est dit satisfait du bon démarrage de cette session, avec un sentiment de reconnaissance à l’endroit du Président de la République qui a permis l’organisation des examens d’Etat cette année dans le contexte de la pandémie à Covid-19.

«Cette session a pu avoir lieu grâce à la volonté du Président de la République qui, depuis mars, avait tenu à concilier le droit à la santé et l’éducation, en instruisant son gouvernement à imaginer des approches alternatives à la fermeture des écoles pour assurer la continuité pédagogique. Cette détermination a amené le chef de l’Etat à décider de la réouverture des classes à partir du 2 juin dernier après le confinement dû à la Covid-19», a-t-il dit.

Selon M. Makosso, le Chef de l’Etat a créé toutes les conditions pour que les élèves suivent leurs cours normalement afin de combler le volume horaire requis pour une année scolaire complète qui soit crédible et fiable pour la validité des examens.

Par ailleurs, il a rassuré que sur toute l’étendue du territoire national, les informations reçues font état d’une organisation sereine et optimale de cet examen, ajoutant que les épreuves ont bien démarré et que tous les chefs de centres sont à l’ouvrage, avec des élèves qui ne sont pas inquiétés, au motif qu’ils auraient été oubliés à l’inscription ou qu’ils auraient manqué quoi que ce soit. «Les premiers rapports que je viens de recevoir font état d’une organisation relativement parfaite qui ne laisse planer aucune ombre de difficultés», a-t-il fait entendre.

S’agissant des mesures barrières à la Covid-19, il a indiqué que les dispositions avaient été prises par le gouvernement et que la ministre en charge de la santé s’est investie personnellement pour mettre à la disposition de tous les candidats, depuis le ertificat d’études primaires et élémentaires (Cepe) jusqu’au Bepc, en passant par le Baccalauréat, les masques de protection.

Le ministère de l’enseignement, a-t-il notifié, avait mis à la disposition des établissements scolaires et des centres d’examens des lots de gel hydroalcoolique et des équipements de protection contre le coronavirus.

«Toutes les conditions ont été réunies. Les mesures sanitaires ont été prises pour que cette session se déroule dans le respect des mesures barrières. Cela est renforcé par la présence des agents de la sécurité civile», a-t-il précisé.

Dans la même catégorie