ANG Diplomacia /Embaixador do Canadá promete reforçar laços de cooperação com Guiné-Bissau AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Présidentielle 2020: Le délai du retrait des cartes d’électeur prorogé au 25 octobre (CEI) APS PROJET ENERGIE OMVG : 2200 IMPACTÉS DE KAFFRINE INDEMNISÉS À HAUTEUR DE 800 MILLIONS AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Présidentielle 2020: La CEI regroupe les centres de retrait des cartes d’électeur à Gagnoa AIP Les populations appelées à la sérénité face aux spéculations sur la tenue de la présidentielle AIP Présidentielle 2020: La CEI regroupe les centres de retrait des cartes d’électeur à Gagnoa AIP La reprise du championnat de Basket-ball fixée au 19 décembre 2020 AIP Après la suspension du mot d’ordre de grève de la FESCI, l’école toujours fermée à Bédiala et à Zoukougbeu ANP Semaine des Nations Unies au Niger : La coordinatrice du système des Nations Unies visite l’usine de forge Arts GNA Election 2020: We will not let you down – EC

Société : le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche scientifique en visite de travail à l’université de Kindia


  23 Septembre      10        Society (20346),

   

Kindia, 23 sept (AGP)- En tournée dans les institutions d’enseignement Supérieur depuis la semaine passée, le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Rechercher Scientifique, Dr. Aboubacar Oumar Bangoura,  a conféré mardi, 22 septembre, avec les autorités et étudiants de l’Université de Kindia.

Objectif, s’enquérir des réalités de cette institution.

Une prise de contacts rehaussée par la présence des autorités régionales, préfectorales et celles du système éducatif. A-t-on constaté.

Le recteur de l’université de Kindia, Dr Daniel Lamah, a fait des plaidoyers auprès du ministre.

« En termes de défis, nous avons besoin de renforcer le cadre de formation et de recherche et cela passe par les infrastructures, il faut construire des infrastructures pédagogiques et administratives mais aussi une bibliothèque digne d’une université. Nous avons une bibliothèque mais je ne suis pas satisfait de cette bibliothèque de par la taille, là où on a plus de 8000 étudiants il faut une bibliothèque de grande capacité et aller vers la documentation et la numérisation. Il faut une connexion haut débit, mais aussi un cadre de travail qui permet aux travailleurs d’être productifs et rentables », a-t-il plaidé Dr Lamah.

Plus loin, il est revenu sur la mission essentielle et les acquis de son université.

« Conformément aux textes réglementaires, l’Université de Kindia a pour mission entre autres d’assurer la formation universitaire et postuniversitaire, promouvoir le développement de la recherche scientifique, contribuer au développement du pays en général et de la zone d’implantation en particulier, développer le partenariat à l’échelle national et internationale.

De nos jours, l’Université de Kindia compte quatre facultés pour un effectif de 8887 étudiants dont 3390 filles. Le personnel enseignant en situation de classe est de 183 dont 15 femmes.

En terme de grade académique, l’Université à 2 professeurs, 6 Maîtres de conférences, 2 Maîtres assistants, 149 assistants et 24 non reclassés. En termes de diplômes, nous avons 15 Détenteurs de doctorat/pH. D, 94 Titulaires de Masters/DEA, 58 Maîtres/DES et 16 détenteurs de licence. En plus de la formation de licence, l’Université de Kindia a un Master fonctionnel en science du développement dont les étudiants de la première cohorte ont soutenu (26/33)», a-t-il expliqué.

Dans son discours réponse, le patron du département de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique a dit être prêt à faire tout son possible pour la réussite du secteur éducatif : « Il faut donner la parole aux enseignants chercheurs pour résoudre les problèmes. Et je crois que ce sont les mêmes problèmes ici qu’ailleurs dans les autres universités et les centres de recherches.

L’État a été toujours le premier actionnaire dans les universités et centres de recherches. L’État fournit assez d’effort pour résoudre les problèmes. Il a bien la volonté mais ça ne sera pas facile. Alors il faut nécessairement développer les programmes de coopération nationale et internationale. Il faut que nous puissions aller à une autonomisation effective. Ou il faut attendre toujours les subventions tant qu’elles ne viennent pas on attend. Ce n’est pas possible.

Il faut réfléchir sur ce point. Il faut que chaque structure puisse maintenant à travers les étudiants et les enseignants chercheurs, se mettre à la recherche des projets, des programmes de financement de vos structures. Je tiens à souligner ce passage. Et surtout il faudrait que les institutions d’enseignement aillent vers les partenaires pour un éventuel partenariat qui les permettra d’accéder à des fonds, résoudre les problèmes. Nous avons des acquis mais on refuse de les valoriser », souligne le ministre de l’Enseignement supérieur, Aboubar Oumar Bangoura.

Dans le même sillage, le ministre a fait la même prise de contact à l’IRBAG de Pastoriat.

Dans la même catégorie