MAP Le Royaume d’Eswatini exprime son soutien à la marocanité du Sahara et à l’initiative d’autonomie MAP L’Institution du Médiateur du Royaume adopte une approche basée sur les principes de justice et d’équité (M. Benalilou) AGP Gabon : Ali Bongo Ondimba en visioconférence avec le bureau de la conférence de l’UA APS INDUSTRIALISATION : UN DIAGNOSTIC RELÈVE LES ’’ENJEUX MAJEURS’’ DE MISE EN ŒUVRE ET DE GOUVERNANCE AGP Gabon : 10 agents du ministère des Hydrocarbures reçoivent leurs parchemins AGP Gabon : Le FANER adopté en termes non identiques au Sénat AGP Gabon : L’opposant Jean Ping en soutien aux Communautés religieuses APS L’HISTOIRE DU PAKAO RETRACÉE DANS UN LIVRE ACI Déploiement de nouveaux tests rapides pour diagnostiquer la Covid-19 APS CRISE À L’ASBEF : L’ARBITRAGE DE L’ETAT SOUHAITÉ

«Il n’y a aucun conflit entre le Gouvernement et les ordres religieux» (Ministre de l’Intérieur)


  26 Septembre      5        Politics (11020),

   

Libreville, 26 Septembre (AGP) – C’est ce qu’a indiqué samedi à Libreville, le ministre d’Etat en charge de l’Intérieur Lambert Noel Matha sur la question relative à la réouverture des lieux de culte réclamée par les leaders religieux. Au cours d’une conférence de presse animée conjointement par le ministre de la Santé, Dr Guy Patrick Obiang Ndong, il a indiqué la fermeture desdits lieux de culte se justifie par le fait que le Gouvernement est en attente des rapports des comités techniques provinciaux du COPIL en charge d’inspection.

Dans son intervention, Lambert Noel Matha a démontré que les deux parties ne sont pas en conflit, vu que le Premier ministre, Rose Christiane Ossouka Raponda avait déclaré lors d’une interview exclusive accordée dernièrement au quotidien l’Union que le Gouvernement devrait se prononcer sur la question de réouverture des églises qu’après un examen des rapports du comité technique du COPIL.

«Dans une interview accordée à un de vos confrère de la presse écrite, l’Union pour ne pas le citer, le Premier ministre, Chef du Gouvernement, Madame Rose Christiane Ossouka Raponda a indiqué qu’au terme de l’examen des rapports du comité technique du COPIL, le Gouvernement se prononcerait sur la question de la réouverture des lieux de culte, un des secteurs lourdement impacté par la crise sanitaire liée au coronavirus; non sans reconnaître le rôle inestimable que jouent les confessions religieuses en matière d’éducation, de formation dans notre pays. C’est la preuve qu’il n’y a aucun conflit entre le Gouvernement et les ordres religieux, comme veut le faire croire une certaine opinion», a-t-il dit.

Aussi, le membre du Gouvernement a également justifié l’absence de conflit entre le Gouvernement et les confessions religieuses parce que ces leaders religieux font partie de la commission interministérielle mise en place pour étudier les conditions de réouverture des églises. D’où, il a indiqué que la volonté exprimée à nouveau, vendredi dernier, par les leaders religieux de rouvrir les lieux de culte s’assimilerait à une défiance à l’autorité de l’Etat.

«En dépit de la clarté de la démarche qui mène à une reprise sereine et sécurisée des activités cultuelles, réuni le 12 septembre 2020, un groupe de leaders religieux pourtant partie prenante de la Commission Interministérielle, a projeté de reprendre unilatéralement leurs activités le 27 septembre prochain; toutes choses qui sonnent dans l’opinion comme un défi à l’autorité publique», a-t-il déclaré, tout en réaffirmant que : «le président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence Ali Bongo Ondimba, a instruit le Gouvernement aux fins de l’assouplissement des mesures de fermeture des lieux de culte. Le Gouvernement s’y emploie et voudrait s’assurer que, au regard de la résurgence de la pandémie ailleurs, la tendance baissière des contaminations observée chez nous, n’est pas éphémère et trompeuse».

Dans la même catégorie