ANG Cooperação/Secretário do Estado de Juventude e Desporto promete assinatura de acordo com Portugal no domínio do desporto ANG Gutteres/Missão das Nações Unidas “é agora mais crucial do que nunca” ANG Guiné-Conacri/Alpha Condé declarado vencedor das presidenciais ANG Cabo Verde-Autarquias/MpD perde câmara da Praia para PAICV GNA Ensuring peace is a responsibility of all – Apostle Osei-Fosu ANG Presidente da Federação reeleito reitera compromisso de massificação da prática da modalidade no país GNA Widows Ministry trains women in soap making. GNA President commissions pilot housing project at Tema Community 22 GNA GRCS trains NADMO Zonal Directors GNA Majority Leader praises the people of Kwadaso

Le SEENA s’interroge sur l’avenir de l’éducation au Gabon


  26 Septembre      8        Innovation (3167),

   

Libreville, 26 Septembre (AGP) – À la faveur d’une déclaration publique, tenue ce samedi 26 septembre 2020, le Syndicat des Enseignants de l’Education nationale (SEENA), a affirmé que depuis bientôt 11 ans, c’est l’immersion totale dans des eaux troubles au niveau du secteur éducation. S’interrogeant également sur la capacité du ministre de tutelle à diriger ce département.

«Des exemples patents nous restent encore en travers de la gorge avec la transformation de nombreuses écoles primaires en collèges. C’est le cas du CES du Centre, Batavéa, Nelson Mandela, pour ne citer que ceux-là. Quel est le niveau de vie de ces parents d’élèves qui n’ont eu d’autres choix que d’inscrire leurs progénitures dans des établissements privés de fortune et parfois, éloignés de leur habitation? Tout porte à croire que ceux qui dirigent ce pays, et conséquemment l’Éducation nationale, sont intéressés par tout sauf par le bien-être et la formation du gabonais”, a déclaré Louis Patrick Mombo, secrétaire général du SEENA.

Les membres de cette formation syndicale s’interrogent sur l’avenir de l’éducation au Gabon. Selon eux, les sorties récurrentes du ministre de l’Éducation nationale, ses communications et prises de position depuis qu’il est à la tête de ce ministère leur plongent dans le désarroi et suscitent une pléthore d’interrogations quant au présent et à l’avenir de l’éducation dans le pays.

“Pour mémoire, l’éducation est le fondement d’une société. Elle permet de bâtir un État fort où il fait bon vivre à travers une formation de qualité reçue par des citoyens chargés de participer à son éclosion. Les États développés, malgré les contraintes liées à la pandémie qui secoue actuellement le monde, réaffirment leur hégémonie en pariant, ou en misant sur l’éducation, la formation, l’instruction, etc.”, a-t-il souligné.

Par la suite, le syndicaliste a fait un rappel des engagements et décisions non tenus par le Gouvernement. Il a cité entre autres: les reclassements, intégrations, paiement des rappels, faire payer toutes les vacations avant l’organisation du baccalauréat, etc.

«Quid des Chefs d’établissements dont les noms n’ont pas été mis à la lumière du jour comme ceux de leurs compères sanctionnés irrégulièrement pour inscriptions frauduleuses? Quelle justification donne-t-on à la non organisation des concours de l’ENI et de l’ENS ? Quelle explication donne-t-on à la non régularisation de toutes les situations administratives des Enseignants qui travaillent depuis plusieurs années sans salaires ou de ceux qui attendent d’être intégrés, titularisés, avancés, reclassés après le stage ? À quelle fin se lancent les dirigeants dans l’extension de certains établissements du premier degré outrepassant le besoin de construction de nouveaux établissements ? Quelles sont les véritables raisons du rejet des attestations de scolarité des enfants de certains personnels de l’Education nationale au ministère de l’Education nationale ?», s’interrogent les syndicalistes par la voix de leur secrétaire général Louis Patrick Mombo.

Sur la question d’enseigner au collège que les détenteurs d’un CAPC ou Licence, au lycée, ceux détenteurs d’un CAPES ou Master 2 professionnel conformément à la loi 20/92 fixant les statuts particuliers des fonctionnaires du secteur Éducation, au Supérieur, ceux ayant qualité peuvent y affairer. À ce sujet, Louis Patrick Mombo a dit que vouloir aller à l’encontre de ça, c’est faire preuve d’incompétence organisationnelle des choses de la cité, c’est fouler la loi aux pieds.

En attendant de voir comment le gouvernement entend organiser la rentrée académique 2020-2021, au moment où la pandémie à coronavirus circule encore, le SEENA se demande si les situations administratives et tous les problèmes auxquels sont confrontés les enseignants trouveront des solutions.

En conclusion, le SEENA a demandé à tous ses adhérents de rester mobilisés et de suivre la conduite à tenir qui sera déterminée par la CONASYSED dans les prochains jours.

Dans la même catégorie