AIP Au moins cinq priorités à relever par la Côte d’Ivoire dans l’atteinte des ODD dans les cinq prochaines années AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Tournoi UFOA B: Le Ministre Danho exprime la reconnaissance de l’Etat aux Eléphanteaux AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Les postes téléviseurs désormais supprimés dans les établissements sanitaires AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Un projet de promotion des droits de la femme lancé mercredi à Abidjan AIP Côte d’Ivoire -AIP/Le Cénacle des journalistes séniors présenté au ministre de la Communication et des Médias GNA President Akufo-Addo names Jubilee House officials ANP Le Gouvernement de la Turquie « profondément attristé » par la mort de 4 soldats nigériens dans la région de Diffa MAP ICESCO: Conférence internationale mercredi sur les technologies intelligentes et la résilience pour une agriculture durable en Afrique GNA Let’s stop the blame game and support the President GNA Ghana Health Service supports COVID-19 test falsification investigation

Le Conseil d’administration de la FEC renouvelle son engagement aux principes d’un Etat de droit


  1 Décembre      5        Society (23255),

   

Kinshasa, 1er décembre 2020(ACP).- Les membres du Conseil d’administration de la Fédération des entreprises du Congo (FEC) ont renouvelé leur engagement à la construction des principes inhérents à un Etat de droit, « axe pivot » de la vision du Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.

L’administrateur et président de la Commission nationale industrie de la FEC, Leny Ilondo a fait cette déclaration à l’issue d’une réunion extraordinaire tenue lundi dernier à Kinshasa, au siège de cette organisation, afin d’examiner le contenu de la décision du Conseil d’Etat n° ROR182 rendue publique le vendredi 27 novembre 2020, en rapport avec la tenue, le 26 novembre dernier, de l’assemblée générale ordinaire et élective de cette organisation.

Le Conseil d’administration de la FEC a tenu à préciser que le patronat congolais fonde son essence sur plusieurs points à savoir, son indépendance et son caractère apolitique.

L’assemblée générale ordinaire et élective tenue en date du 26 novembre 2020 s’est scrupuleusement inscrite dans les prescrits de l’article 23 de ses statuts, ainsi que les articles 11 et 12 du règlement intérieur régissant son fonctionnement.

L’administrateur et président de la Commission nationale industrie de la FEC, a indiqué que la FEC se conformera toujours à ses statuts, aux textes pris en exécution de ses statuts, ainsi qu’à la loi qui la régit, à savoir la loi n° 004/2001 du 20 juillet 2001 organisant le fonctionnement des ASBL.

Selon M. Leny Ilondo, les juridictions civiles sont les seules compétentes pour juger des actes posés par la Fédération des entreprises du Congo conformément à la loi n° 004/2001.

La FEC se soumettra toujours aux juridictions civiles que la Constitution a consacrées comme étant son juge naturel, a-t-il dit, ajoutant que la FEC exercera dès lors, tous les recours légaux disponibles pour s’assurer que le droit soit dit, et uniquement le droit dans toutes ses dimensions de justice et de noblesse.

M. Ilondo a également fait savoir que la FEC, en tant que secteur privé formel, créateur des richesses, continuera à jouer son rôle, en tant que partenaire privilégié de l’Etat congolais et accompagnera le Chef de l’Etat et son gouvernement pour la réussite de leur mission.

Il a aussi fait remarquer que le Conseil d’administration de la FEC a rappelé que son organisation est une association sans but lucratif, organisée sous la forme d’un syndicat patronal qui exerce également des missions communes aux chambres de commerce. A ce titre, elle n’est inscrite à aucun ordre professionnel et ses actes échappent totalement au contrôle du Conseil d’Etat.

La FEC maintien sa pleine confiance en la justice de la République et face aux irrégularités et «  mal jugés » manifestement contenus dans la décision du Conseil d’Etat, elle a instruit ses avocats conseils de mettre en œuvre tous les mécanismes juridiques appropriés afin de préserver les libertés d’association syndicales respectivement consacrées par les articles 37 et 38 de la Constitution.

Dans la même catégorie