Guinée / Mines: Neuf (09) travailleurs d’UMS interpellés pour incitation, menace et séquestration (source) APS CAN : LE NZALANG NATIONAL RETROUVE LES LIONS EN QUARTS DE FINALE APS RECETTES DOUANIÈRES : PLUS DE 1000 MILLIARDS DE FRANCS CFA COLLECTÉS EN 2021 AIP Côte d’ivoire : Conseil des ministre AIP PODOR : UN ENFANT TROUVE LA MORT DANS UN INCENDIE APS Le maire de Jacqueville offre l’émission « Bonjour 2022 » à sa population AIP Quelque 2000 kits scolaires à des écoliers à Biankouma APS DES ORGANISATIONS DE LA SOCIÉTÉ CIVILE SALUENT LE « DÉROULEMENT APAISÉ » DU SCRUTIN AGP Dubreka-Justice : Rencontre avec les officiers de la police judiciaire APS SAINT-LOUIS : MANSOUR FAYE ET ABBA MBAYE SE DÉTACHENT

Côte d’Ivoire-AIP/ Formation des agents du CNDH sur la protection des lanceurs d’alerte en matière de corruption


  29 Novembre      7       

   

Yamoussoukro, 29 Nov 2021 (AIP) – Une trentaine d’agents du Conseil National des Droits de l’Homme (CNDH) ainsi que des acteurs étatiques et non étatiques ont renforcé leurs capacités samedi 27 novembre 2021 à Yamoussoukro sur le système de protection des lanceurs d’alerte et des témoins en matière de lutte contre la corruption basée sur les droits de l’Homme.

Cette rencontre initiée par le CNDH avec l’appui technique et financier de (organisation internationale de la francophonie) l’OIF visait à faire des participants de potentiels lanceurs d’alerte qui maitrisent le système de protection, car il entend jouer sa partition dans la lutte contre la corruption.

Selon le Secrétaire Exécutif, M. Bamba Sindou, représentant Madame Namizata SANGARE Présidente du CNDH « étant donné que ces individus qui donnent des informations font souvent l’objet de menaces, il est temps d’aborder la question de leur protection ».

Toutefois protéger ces personnes, a-t-il souligné, ce n’est pas leur donner carte blanche « pour faire des fake news ».

Etre lanceur d’alerte tend à devenir un métier pour certaines personnes qui exercent sur les réseaux sociaux. Le CNDH estime que pour être un lanceur d’alerte « il faut le faire dans la vérité. Il faut expliquer à ces personnes qu’elles ont le droit d’être des lanceurs d’alerte mais aussi le devoir de donner de bonnes informations ».

La présidente de la Commission Régionale des Droits de l’Homme de San-Pedro, Madame Konaté Djénéba Baguira, qui participait à la rencontre note qu’il faut effectivement faire attention sur « la véracité de l’information que l’on donne » car « l’information pourrait se retourner contre le lanceur d’alerte et même coûter la vie à certaines personnes ».

Elle se propose à son retour à San-Pedro de restituer rapidement les acquis de l’atelier à ses collaborateurs, puis d’étendre la formation à tous ceux qui ont été répertoriés comme lanceurs ou potentiels lanceurs d’alerte dans sa localité.

Très bientôt les membres du Mécanisme multi-acteurs « droits de l’Homme et Corruption » seront présentés à la communauté nationale et internationale.

Dans la même catégorie