AGP Guinée-Sénégal CAN 2021 : Kaba Diawara satisfait et promet de se remettre au travail pour les prochains matchs AGP Conakry/Société : Des kits socioprofessionnels pour 19 enfants en situation de vulnérabilité AGP Kankan-Justice : Passation entre les procureurs entrant et sortant au tribunal de 1ère instance AGP Guinée : Les opérateurs économiques reçus par le président de la transition GNA Ecotoursim contributes $1.2 billion to GDP in 2020 GNA Venture Capital Trust Fund invest in more than 60 companies GNA Reinstate GN Bank’s license-PPP appeals to President Akufo-Addo AIP Côte d’Ivoire-AIP/ La pisciculture et ses infrastructures expliquées aux élèves de Tiébissou et de Didiévi AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Les résultats des concours administratifs des 20 et 21 novembre seront disponibles le 18 janvier 2022 (Ministère) AIP Côte d’Ivoire-AIP/ La caravane humoristique « Bonjour 2022 » fait bientôt escale à Danané

LES LIENS ENTRE DIPLOMATIE POLITIQUE ET LA DIPLOMATIE ÉCONOMIQUE MIS EN RELIEF PAR UN UNIVERSITAIRE


  29 Novembre      8        Coopération (978),

   

Dakar, 29 nov (APS) – La diplomatie politique est indissociable de la diplomatie économique parce qu’imbriquées l’une dans l’autre, a indiqué récemment le docteur Ousmane Sané, spécialiste en Sécurité, relations internationales et Diplomatie économique.

« Il y a une part économique importante concernant la diplomatie actuelle à tel point que l’on ne pourrait dissocier la diplomatie politique de la diplomatie économique. Dans le cadre de la diplomatie, la recherche de stratégie économique est mise en avant même si l’aspect politique est plus apparent. Donc l’une est imbriquée dans l’autre », a-t- relevé.

Le docteur Ousmane Sané s’exprimait ainsi, mercredi dernier, à Horizons University (HU) Paris, où il a soutenu, avec une mention ‘’très bien’’, une thèse de doctorat en Administration des affaires et Communication avec une mention « très bien ».

La thèse de doctorat en Administration des affaires et Communication mention Diplomatie économique a porté sur le thème : « La diplomatie économique sénégalaise : enjeux et perspectives ».

Le jury était présidé par Pierre Berthelot, professeur titulaire à HU Paris, en présence de Martin Pascal Famara Tine, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Sénégal près du Saint Siège.

Le Docteur Ousmane Sané était encadré par le professeur Mamadou Badji, agrégé des facultés de droit et recteur de l’Université Assane Seck de Ziguinchor et le docteur Abdel Hafid Otmani, professeur titulaire à HU Paris.

Dr Ousmane Sané, titulaire d’un Master 2 en Relations internationales et Diplomatie au CEDS Paris, a fait ressortir dans sa thèse que « la diplomatie économique a une visée purement commerciale et est un élément central et incontournable dans la mise en œuvre d’une stratégie de politique étrangère d’un Etat dans le but d’offrir à ses entreprises locales de nouvelles parts de marchés à l’étranger ».

Dans un résumé du travail présenté, Dr Sané a estimé que « c’est pour cette raison que la politique commerciale sénégalaise nationale et internationale fonde sa stratégie sur ses capacités diplomatiques ».

Une telle approche permet, selon lui, « d’attirer des capitaux étrangers pour dynamiser l’économie, fortifier les entreprises locales face à la concurrence des entreprises étrangères basées sur le sol sénégalais, de négocier le prix des matières premières exportées principalement en occident ».

« En tant que pays en voie de développement, le Sénégal doit s’adapter au contexte de globalisation de l’économie mondiale pour accélérer la croissance et émerger. C’est pourquoi en 2014, le gouvernement a décidé d’adopter un nouveau modèle de développement pour accélérer sa marche vers l’émergence. Cette stratégie, dénommée Plan Sénégal Émergent (PSE), constitue le référentiel de la politique économique et sociale à moyen et long terme. La réussite du PSE dépend en grande partie de l’efficacité de la diplomatie économique du Sénégal », a souligné Dr Sané.

Ousmane Sané a souligné que la diplomatie économique englobe deux axes de définition.

« L’un concerne le travail des délégations étatiques lors des conférences et colloques à travers le monde, mais aussi les conseils, suivi des économies des Etats tiers ainsi que la mise en place de stratégies visant à influencer ces dits États », a-t-il expliqué.

Il ajoute que « la seconde définition concerne les ressources économiques financières utilisées pour exercer une influence sur les États tiers dans l’optique de la conservation des intérêts économiques. Souvent en cas de désaccord, les États n’hésitent pas à utiliser des sanctions économiques telles que la coupure des aides au développement ou l’embargo économique. C’est le cas des relations diplomatiques existantes entre la France et les pays d’Afrique francophones ».

Dans la même catégorie