AGP Dubreka-Justice : Rencontre avec les officiers de la police judiciaire APS SAINT-LOUIS : MANSOUR FAYE ET ABBA MBAYE SE DÉTACHENT APS LOUGA : LE SCRUTIN PROLONGÉ DANS PLUSIEURS CENTRES DE VOTE AIP Bilan approuvé des 10 années d’exercice de l’ONG Charité Vie à San Pedro AIP Aboisso, capitale du rire pour quelques heures avec Bonjour 2022 MAP Le variant Omicron pourrait rapprocher la fin de la pandémie en Europe (OMS) MAP Football : L’Afrique du Sud affrontera la France en mars dans un match amical (Entraineur) MAP Elections locales: un vote dans un « environnement pacifique », malgré certains retards à l’ouverture des bureaux (Observateurs) MAP CAN-2021 (8ès): Séance d’entraînement des Lions avec le retour de Bounou, Fajr et Hakimi toujours absents MAP Guterres a appelé toutes les parties, l’Algérie en tête, à assumer leur responsabilité pour mettre fin au conflit artificiel autour du Sahara marocain (politologue)

Des organisations des personnes infectées et affectées énumèrent des difficultés d’accès au traitement.


  4 Décembre      8        LeaderShip Feminin (11047),

   

Conakry, 03 déc. (AGP)- L’humanité a commémoré en début de semaine, le 33ème anniversaire de la journée mondiale de lutte contre le VIH/Sida. Plusieurs Organisations des personnes infectées et affectées ont mis cette occasion à profit pour énumérer des problèmes auxquels, ils sont confrontés quant à leur prise en charge.
En Guinée ces organisations n’ont pas dérogé à cette règle. Devant des partenaires techniques et financiers et des membres du gouvernement, elles ont reconnu des avancées majeures dans la lutte contre le VIH/Sida mais, selon elles, il reste beaucoup à faire encore.
« La défaillance de la chaine d’approvisionnement, les ruptures des Antirétroviraux(ARV) observées çà et là dans les sites de prise en charge notamment les molécules de la 2ème ligne et celles pédiatriques constituent un frein pour l’atteinte du 2ème 90. Ce qui affecte dangereusement la vie des personnes vivant avec le VIH/Sida surtout celles de l’intérieur du pays », prévient la vice-présidente du REGAP+, Kadiatou Bodjè Baldé.
En ce qui concerne le 3ème 90 beaucoup de patients, selon elle, n’ont pas accès à la charge virale par faute de non-disponibilité des réactifs et de la non fonctionnalité de certains appareils.
Elle a par ailleurs noté que la stigmatisation et la discrimination venant de la communauté et de certains personnels soignants, le coût élevé de certains examens dont entre autres radiographie pulmonaire et la transaminase contribuent à l’abandon du traitement par certains patients.

Dans la même catégorie