GNA Namibia Central Bank delegation calls on Bank of Ghana Governor GNA Bank of Ghana, Cyber Security Authority to deepen collaboration GNA Padua North America Association commissions six classrooms GNA MTN Y’ello Care: CEO spends time with pupils of New Asafo Basic School GNA Let’s educate girls on Sexual Reproductive Health Rights, Gender-Based Violence GNA Morocco Commended for Progress Made in Women’s Rights GNA Nsoatreman FC receives rousing welcome in Sunyani  GNA MTN FA Cup: Abdul Latif Adaare to officiate Hearts/Bechem final clash GNA Over 30 head porters undergo training courses in adolescent development GNA GIFEC Administrator concludes inspection of projects in Ashanti Region

FEMMES DANS LES MÉDIAS : UNE ENSEIGNANTE-CHERCHEUSE MET EN AVANT LA QUALITÉ


  9 Mars      10        Women's Leadership (334),

   

Dakar, 8 mars, (APS) – L’enseignante-chercheuse et cheffe du département Radio au Centre d’études des sciences et techniques de l’information (CESTI) estime que ’’les femmes doivent être beaucoup plus représentatives dans les médias non pas en termes de quantité mais en termes de qualité’’.

’’Les femmes sont certes représentées dans les médias mais c’est le contenu qui manque. Elles doivent être beaucoup représentatives en termes de qualités et refuser d’être des figurantes’’, a -t-elle déclaré.

Yacine Diagne s’exprimait lors de la célébration de la Journée mondiale de la femme organisée par l’Amicale des étudiants du Cesti sur le thème ’’Femmes et Médias au Sénégal’’.

A l’en croire, les médias doivent davantage responsabiliser les femmes dans le traitement de certains sujets politiques.

’’Si on regarde le contenu des médias Sénégalais, les sujets politiques sont souvent traités par les hommes. Même quand on choisit des invités, c’est souvent des hommes qu’on sollicite pour analyser ces sujets alors qu’il y a pourtant des femmes qui ont fait des études en Sciences politiques et qui peuvent apporter leur regard sur ces sujets’’, a-t-elle-fait remarquer.

Pour le directeur du Cesti, Mamadou Ndiaye, les femmes doivent être beaucoup plus écoutées, beaucoup plus prises en compte dans les secteurs des médias au Sénégal.

Il estime que les médias doivent prendre en compte les contraintes familiales, les exigences du code de la presse et de la convention collective à l’égard des femmes.

’’Les patrons de presse doivent donner une chance et de responsabilités aux femmes pour leur permettre de s’affirmer dans le secteur’’, a estimé de son côté Hadjiaratou Racky Diagne, étudiante en première année de journalisme et communication au Cesti.

’’Nous invitons les patrons de presse à responsabiliser les femmes dans les médias. Elles jouent un rôle important et peuvent apporter un plus sur l’échiquier médiatique sénégalais’’, a plaidé pour sa part Moussa Mané, président de l’Amicale des étudiants du Cesti

Dans la même catégorie