- FAAPA ENG - http://www.faapa.info/en -

Litige à la ligue de l’Estuaire : les membres affiliés saisissent la tutelle

Libreville, 06 Février (AGP) – Le président de la Ligue de basketball de l’Estuaire (Libabe), Dorland Bonango, s’est dit surpris quant au souhait du bureau fédéral de réorganiser son élection et s’en remet désormais à l’arbitrage du ministère des Sports, saisi par les clubs et associations affiliés pour statuer définitivement sur ce litige.

Réélu le 19 décembre 2018 à la tête de la Libabe, Dorland Bonango voit son élection être remise en cause par le bureau fédéral. Tout part d’une «supposée suspension» dont aurait fait l’objet le président de la Libabe, la veille de l’Assemblée générale extraordinaire élective, qui avait vu ce dernier rempiler pour un nouveau mandat de quatre ans.

«On n’a pas reçu de correspondance au niveau de la Libab, nous informant de ma suspension. Et, le plus surprenant dans cette histoire est que la Fédération gabonaise de basketball prétend avoir écrit au ministère des Sports et au Comité national olympique (Cno)», explique-t-il, ajoutant qu’«après vérification faite, il n’en est rien. Car, il faut préciser que les clubs et associations ont porté cette affaire au niveau du ministère et du Cno».

Dorland Bonango, qui dit ne rien comprendre de cette affaire, indique que la ligue a été suspendue mais  »curieusement » s’est-il étonné que la même ligue n’a jamais été informée de sa sanction. Bien «suspendu» et réélu par ses pairs, le président de la Ligue de l’Estuaire estime que la Fédération gabonaise de basketball «pouvait organiser l’élection à la présidence de la ligue, si et seulement si, il y a démission du président ou suspension de tout le bureau. Ce fut d’ailleurs le cas avec Arcel Wenceslas Nguembhyt en 2015», a-t-il dit.

Face à ce micmac entretenu savamment par le président de la fédération et son bureau, Dorland Bonango s’interroge sur les intentions réelles de la Fégabab de «reprendre l’élection selon son propre calendrier et dans les conditions fixées par ses soins». Une situation qui, selon ce dernier, devrait donner les pleins pouvoirs à la Fégabab de « choisir qui doit voter lors de l’élection. Ce qui est contraire aux textes et statuts de la Libabe », a-t-il fait savoir.

Dans l’optique de trouver une issue favorable à cette situation de blocage, Dorland Bonango a indiqué s’en remettre à l’arbitrage du ministère des Sports, en vue de permettre aux 560 licenciés que compte sa ligue, de renouer avec la compétition.