- FAAPA ENG - http://www.faapa.info/en -

DE 6,8% EN 2019, LE TAUX DE CROISSANCE DU SÉNÉGAL POURRAIT TOMBER À 3% À CAUSE DU COVID-19, SELON MACKY SALL

Dakar, 3 avr (APS) – Touchée de ‘’plein fouet’’ par la pandémie de coronavirus, l’économie sénégalaise pourrait réaliser un taux de croissance de 3% à la fin de cette année, contre 6,8% l’an dernier, a déclaré vendredi le président de la République.

‘’Comme partout ailleurs, notre économie subit de plein fouet l’impact du Covid-19. Des secteurs comme le tourisme, l’hôtellerie, la restauration, les transports, le commerce, la culture, le bâtiment et les travaux publics, entre autres, sont durement affectés’’, a d’abord fait remarquer Macky Sall.

A cause de cette situation engendrée par la pandémie de coronavirus, ‘’notre croissance économique soutenue sur plusieurs années est brutalement freinée et passera de 6,8% à moins de 3%’’, a-t-il ajouté en s’adressant à la nation, à la veille du 60e anniversaire de l’indépendance du Sénégal.

Soucieux des contreperformances économiques attendues à la fin de l’année, le chef de l’Etat dit être surtout préoccupé par les conséquences sociales de la pandémie.

‘’Ce soir, a-t-il souligné, mes pensées vont particulièrement à toutes celles et à tous ceux qui souffrent de l’impact de la crise du Covid-19. Je pense aux millions de pères, mères et soutiens de famille menacés de précarité. Je pense à notre diaspora, si généreuse envers la nation et aujourd’hui éprouvée.’’

‘’Je pense aux nombreuses entreprises et à leurs salariés, tous victimes de cette crise imprévue’’, a-t-il ajouté.

L’Etat sera au chevet des populations et des entreprises affectées par la pandémie de coronavirus, selon Macky Sall. ‘’Je veux dire à tous et à toutes que l’Etat ne vous abandonnera pas’’, a-t-il promis.

M. Sall annonce avoir ‘’mis en place un programme de résilience économique et sociale, afin de renforcer [le] système de santé, de soutenir [les] ménages, [la] diaspora, [les] entreprises et leurs salariés’’.

Ce programme a été élaboré pour faire face à ‘’l’urgence’’ et ‘’en attendant une évaluation complète des effets de la crise sur l’économie nationale’’, selon le président de la République.