- FAAPA ENG - http://www.faapa.info/en -

Le taux directeur de la BCC reste à 14%

Kinshasa, 28 Novembre 2018(ACP).- Le Comité politique monétaire a décidé de maintenir le taux directeur de la Banque centrale du Congo (BCC) à 14%, à l’issue de sa 10ème réunion annuelle de l’année 2018, tenue mardi sous la présidence de Déogratias Mutombo Mwana Nyembo, gouverneur de la Banque centrale du Congo (BCC) et président du Comité de politique monétaire (CPM).

Selon un communiqué de cette structure, les coefficients de la réserve obligatoire sur les dépôts en devises, à vue et à terme, sont maintenus respectivement à 13,0% et 12,0%. Ceux pour les dépôts en monnaie nationale à vue et à terme à 2,0% et 0%.

A cette occasion, M. Mutombo Mwana Nyembo a estimé l’amélioration de l’activité économique sur base des réalisations de la production à fin juin 2018 à 0,4 point. Cette croissance économique, a-t-il ajouté, est attestée par un taux de croissance attendu à 4,1% en 2018, laquelle est impulsée par une branche extractive bénéficiant des cours mondiaux rémunérateurs.

Il a fait remarquer qu’en dépit de cette amélioration, les chefs d’entreprises demeurent hésitants quant à l’évolution de la conjoncture économique à court terme, du fait que leur solde global d’opinions s’est établi à -3,1% au mois d’octobre contre -1,0% et 1,8%, respectivement en septembre et août 2018.

M. Mutombo Mwana Nyembo relève également que le ralentissement du rythme de formation des prix sur le marché des biens et services, se poursuit en dépit de légères pressions inflationnistes enregistrées depuis le mois de septembre. En effet, le taux d’inflation mensuel s’est situé à 0,417 au mois d’octobre contre 2,207% au mois de septembre et à 4,135% à la période correspondante en 2017.

Il a souligné qu’à la 4ème semaine du mois de novembre, l’inflation hebdomadaire s’est établie à 0,146% contre 0,097% la semaine précédente, portant le cumul annuel à 6,577%.
En glissement annuel, le taux d’inflation s’est fixé à 10,557% et en annualisé, il atteindrait 7,301% contre un objectif à moyen terme de 7,0%.

En ce qui concerne les finances publiques, le gouverneur de la BCC a noté que la balance mensuelle des opérations financières de l’Etat affiche un déficit provisoire de 220,9 milliards de CDF en novembre 2018, contre celui de 119,6 milliards enregistré le mois précédent.

Cette accélération du déficit, a-t-il dit, résulte principalement de la hausse des dépenses liées au processus électoral, dans un contexte de faible mobilisation des recettes publiques. Toutefois, en cumul annuel au 26 novembre 2018, le solde des opérations de l’Etat affiche un léger déficit de 5,8 milliards de CDF.

La monnaie nationale stable sur le marché de change

Le communiqué du CPM indique que la monnaie nationale est restée stable sur le marché de change où les cours indicatif et parallèle se sont établies à 1.632,46 CDF le dollar américain, soit une dépréciation mensuelle de 0,11% à l’indicatif et une appréciation mensuelle de 0,02% au parallèle.

Quant aux réserves internationales, le gouverneur de la BCC a laissé entendre qu’au mois de novembre, elles ont enregistré une légère hausse mensuelle de 6,36 millions de USD, en s’établissant à 1,04 milliard de USD, soit 4 semaines et 2 jours d’importations des biens et services sur les ressources propres.

A cet effet, M. Déogratias Mutombo a relevé que la situation monétaire au 23 novembre 2018 avait connu une hausse mensuelle de 80,3 milliards de CDF, la situant à 2.506,6 milliards. Il a expliqué cette progression par la hausse tant des avoirs extérieurs nets respectivement de 10,4 milliards de CDF et 69,9 milliards. Au niveau des composantes, cet accroissement se situe à travers les dépôts des banques, a-t-il précisé.

L’encours global des bons BCC passe à 32,5 milliards au 21 Novembre 2018

Le gouverneur a noté que l’encours global des bons BCC est passé à 32,5 milliards, venant de 30,0 milliards de CDF, dégageant ainsi une ponction mensuelle et une injection annuelle, respectivement de 14,5 milliards et 2,5 milliards et 2,5 milliards de CDF.

Cet encours, a-t-il dit, est reparti de la manière suivante : 10,5 milliards pour la maturité à 7 jours, 12,0 milliards pour les 28 jours et 10,0 milliards pour 84 jours.

S’agissant des perspectives économiques à court terme, le CPM reste globalement confiant quant au maintien de la stabilité du cadre macroéconomique. Toutefois, l’orientation monétaire devrait demeurer prudente et dépendrait de l’évolution des prix intérieurs, qui pourraient être influencés par les effets du réajustement à la hausse des prix des carburants, ainsi que du comportement du trésor, dans un contexte marqué par la poursuite des dépenses relatives au processus électoral. ACP/Kayu/Wet/KJI