- FAAPA ENG - http://www.faapa.info/en -

Moderniser le Cimetière Cameroun à l’instar des autres de la sous-région : Une préoccupation pour son administrateur

Conakry 13 jan (AGP)- Le grand cimetière Cameroun faisant office de Cimetière National de la Ville de Conakry, situé dans la commune de Dixinn, a besoin d’un coup de pousse des autorités du pays, à travers le Gouvernorat de Conakry, pour devenir un cimetière moderne à l’instar des autres de la sous- région, a déclaré à l’AGP l’administrateur général dudit Cimetière, Biro Keita.

Ce temple, qui relève du Gouvernorat de la Ville de Conakry, souffre de manque de normes en termes de dispositions des tombes. L’on y retrouve des tombes en béton disposées pêle-mêle bloquant ainsi toute circulation des piétons à l’intérieur.
«Dans ce cimetière, il n’existe pas de discipline faute de clôture de grande taille et bien époussetée du côté de la Direction Nationale des Forêts, où les hors la loi se frayent le chemin nuit et jour», a déploré l’administrateur général, Biro Keita.

Contrairement à l’exercice 2018, l’Administration générale du Cimetière National de Cameroun qui s’active dans l’assainissement fait appel aux bonnes volontés, de venir aux secours du Gouvernorat de Conakry pour moderniser ce lieu de dernières demeures qui dispose encore de lopin de terre à l’intérieur, à mettre en valeur, a-t-il informé.

Biro Keita sollicite, que le gouverneur de Conakry, Général Mathurin Bangoura, fasse les premiers gestes matériels, en vue d’entamer les travaux de reconstruction de la clôture de l’intérieur.

 Sans ressources, Biro Keita nourri la volonté de peindre, au moins, les murs existants. Il se dit déterminé à élever la clôture pour rompre définitivement avec l’anarchie à l’intérieur du Cimetière Cameroun.

Pour l’exercice 2019, l’Administration générale du Cimetière Cameroun n’attend que la réaction des personnes de bonne volonté, pour procéder à la restauration de vieilles tombes, tout en ouvrant des voies aux piétons, en vue d’éviter aux gens de marcher sur les tombes pendant l’inhumation d’un autre corps.
AGP/13/01/019      MYS/ST