GNA National Amputee Football appeals for support GNA Joseph Awinongya Jr. receives prestigious honour from US Congressman Davis  GNA Togbe Afede XIV assumes Executive Chairman role after board dissolution GNA Don’t deny adolescent people Family Planning services- public health nurse GNA Epidemic Preparedness: Gov’t needs to establish Public Health Emergency Fund using COVID-19 Levy GNA A renowned Togolese musician to perform at Adaklu Kodzobi GNA NCCE appeals to Education Ministry to give prominence to local language GNA Hundreds of parents, guardians besiege WAEC office premises in Sunyani GNA EU GrEEn Project graduates 729 GNA 1,598 applicants fail to honour admission to CKT-UTAS

Burkina: Paul Kaba Thiéba salue la célébration des 50 ans du CAMES


  31 Mai      41        Innovation (5637), Society (33376),

   

Ouagadougou, 31 mai 2018 (AIB ) – Le Premier ministre burkinabè Paul Kaba Thiéba a salué jeudi à Ouagadougou, la célébration des 50 ans d’existence du Conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur (CAMES), qu’il considère comme un «exemple achevé d’intégration».

De l’avis du chef du gouvernement burkinabè qui s’exprimait à l’ouverture du conseil des ministres de l’institution panafricaine, cette célébration du cinquantenaire du CAMES est digne d’intérêt.

«Après un demi-siècle d’existence, une halte s’impose pour faire une rétrospective des programmes mis en œuvre, apprécier sereinement le chemin parcouru, capitaliser les succès, mais aussi, de reconnaitre les insuffisances», a-t-il argumenté.

Paul Kaba Thiéba a ajouté que la célébration de ce jubilé d’or constitue également une occasion de regarder les nouveaux défis et envisager l’avenir avec le maximum de lucidité.

Selon M. Kaba, le CAMES s’affirme de jour en jour comme « un exemple achevé d’intégration, de solidarité (…) pour la crédibilité des institutions d’enseignement supérieur».

Et de faire observer que «par l’institution de l’évaluation par les pairs à la fois dans le domaine scientifique et la formation universitaire, le CAMES crée un dynamique d’émulation, en particulier dans le développement des organes de recherches».

Le Premier ministre burkinabè a expliqué que «de plus en plus de revues de l’espace CAMES sont soit impactées, soit indexées, ce qui donne une grande visibilité à la production scientifique africaine et francophone».

A l’occasion de la clôture des activités marquant les 50 ans du CAMES, des chefs d’Etat de la sous-région sont attendus demain vendredi 1er juin à Ouagadougou.

Le Conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur (CAMES) a été créé le 23 janvier 1968, pour «développer la solidarité intellectuelle africaine et coordonner l’harmonisation des politiques d’enseignement supérieur et de recherche de ses Etats membres».

Sa création a été décidée par la Conférence des chefs d’Etats des pays membres de l’Organisation commune africaine et malgache (OCAM), tenue à Niamey (Niger) les 22 et 23 janvier 1968.

Il compte de nos jours 19 pays membres : Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Centrafrique, Congo, Côte d’Ivoire, Gabon, Guinée Conakry, Guinée Bissau, Guinée Equatoriale, Madagascar, Mali, Niger, République démocratique du Congo, Rwanda, Tchad, Sénégal et Togo.

Agence d’information du Burkina

ak/ata

Dans la même catégorie