ANP Le ministre d’Etat ministre de l’agriculture et de l’élevage M.Albadé Abouba a annoncé le projet de création d’un Centre de Multiplication des Camelins dans la région d’Agadez ANP Quelques 900 millions de chinois ont accès à l’internet mobile (chercheur) ANP Les lycéens de la région de Tahoua retrouvent le chemin de l’école NAN AIDS: Int’l NGO calls for domestication of anti-stigma law by states NAN S. Africa, Nigeria working `progressively’ toward strategic fight against xenophobia, says Envoy APS REGAIN DE L’ACTIVITÉ DE PRODUCTION INDUSTRIELLE EN JUILLET (ANSD) GNA 31st edition of 2nd cycle Inter-regional sports festival kick starts GNA Teenage Pregnancy drops in Adaklu District GNA Youth urged to take education, skills training serious GNA Religious bodies must preach against corruption – Most Rev. Boafo

EXPORTATIONS D’ARACHIDE: UN HUILIER VEUT FAIRE INCLURE LES TOURTEREAUX DANS LE PROTOCOLE AVEC LA CHINE


  23 Mai      15        Agriculture (797),

   

Kaolack, 23 mai (APS) – Le responsable administratif de la West African Oil (WAO), Joseph Ndong appelle l’Etat d’inclure les tourtereaux d’arachide dans la liste des produits arachidiers dont l’exportation est régi par un protocole liant le Sénégal à la Chine, une demande selon lui exprimée par les huiliers.

« Le protocole est exclusivement réservé aux graines alors que les tourteaux sont demandés par certains de nos partenaires chinois », a-t-il dit mercredi au cours d’un comité régional de développement (CRD) axé sur le bilan de la campagne agricole passée et les perspectives de la prochaine.

Le protocole signé en 2015 entre les deux pays fixe les conditions d’exportation de l’arachide vers la Chine, un document assorti d’exigences sur la qualité des graines soumises à l’exportation.

Selon M. Ndong, « les huiliers sont confrontés à des difficultés pour faire face » à la concurrence dans ce domaine, estimant que « seule une certaine subvention pourrait permettre d’éviter et permettre aux sénégalais de consommer l’huile d’arachide ».

Il explique qu’à l’entrée à l’export, « la graine d’arachide n’est pas taxée en Chine mais par contre l’huile fait l’objet d’une taxe de 15 pour cent. Ce qui est défavorable à nos entreprises qui à terme n’y gagnent rien ».

Aussi invite-t-il l’Etat à mettre en place « une politique incitative en subventionnant davantage les industriels pour leur permettre d’écouler l’huile d’arachide au plan local et en faire bénéficier les populations sénégalaises au lieu de favoriser l’exportation des graines ».

Un point de vue battu en brèche par Habib Thiam du Collectif des producteurs et exportateurs de graines d’arachide, qui s’étonne qu’on « veuille pousser l’Etat à subvention des consommateurs étrangers ».

Il invite plutôt les huiliers à chercher des moyens de valoriser l’arachide en mettant en place des unités de transformation dans les villages.

« Ainsi ils vont booster la production et permettre aux Sénégalais de consommer cette huile d’arachide », a dit Habib Thiam.

Dans la même catégorie