ATOP MOYEN-MONO:LE FESTIVAL DES ARTS ET DE CULTURE ADJA TADO PREVU DU 21 AU 23 AOUT PROCHAIN A TADO ATOP KLOTO/PROCESSUS DE DECENTRALISATION DANS LES PLATEAUX-OUEST: UNE CAMPAGNE DE SENSIBILISATION LANCEE POUR SUSCITER L’ADHESION ET L’IMPLICATION DES ACTEURS LOCAUX ATOP LE PLAN CONJOINT DE LUTTE CONTRE LE VIH ET LE SIDA DES NATIONS UNIES 2019-2020 AU TOGO VALIDE ATOP LUTTE CONTRE LA PROLIFERATION ET LA CIRCULATION DES ARMES LEGERES : LE JAPON FAIT DON DE MATERIELS DE MARQUAGE AU TOGO ANG Governo e o grupo Mubadala dos Emirados Árabes Unidos assinam acordos nos domínios agricultura e minas ANG MADEM G-15 pede novo recenseamento de raiz de eleitores APS Décès de Jacques Diouf, ancien DG de la FAO APS Naissance d’une plateforme pour l’émergence de Kaolack APS DAC de Keur Momar Sarr : 20 000 emplois attendus (ministre) GNA Students with visual impairment call for government support

Guinée-Santé : Taux élevé de prévalence-VIH dans les zones minières


  16 Juillet      15        Santé (1755),

   

Conakry, 16 juil. (AGP)-Selon les statistiques de la coordination nationale du programme de prise en charge sanitaire et de prévention des IST-VIH-Sida, la prévalence du VIH-Sida dans les zones minières est inquiétante et même insupportable.

Le taux d’infections à VIH varie entre  5 et 6% au sein des populations des zones  minières contre une prévalence de 1,5% de la population générale. Ces chiffres qui provoquent la sueur froide, sont  de 3,6% chez les femmes enceintes.

Avec le document du programme de prise en charge sanitaire, les techniciens relèvent un véritable enjeu dans les zones minières comme Kamsar, Sangaredi, SAG, Gbenko, Frighia et autres CBK et Lero. Aussi, des bras valides sont-ils très touchés par les infections dans les zones officiellement peu connues comme Koundindé et Bel Air dans Boffa.

Selon les statistiques, des jeunes dont l’âge varie entre 20 et 40 ans sont tous à risque du VIH-Sida. Or, il est établi que sur les 120.000 séropositifs guinéens, seulement  50.000 malades sont sous traitement ARV. Et pour la prise en charge sanitaire, l’Etat guinéen investit  50 milliards de fg par an et le fonds mondial accorde 10  à 11 millions de dollars par an.

Ces fonds  couvrent seulement 50% des personnes touchées et qui sont dans le besoin. Les statistiques sur la prévalence du VIH-Sida dans les zones  minières coïncident avec les reformes en cours pour l’amélioration de la gouvernance minière  en Guinée.

Dans la même catégorie