ANP 678 agents électoraux en formation d’enrôlement de fichiers biométriques pour les régions de Tahoua et Agadez AGP Gabon/Projet de la Transgabonaise : «les financements sont déjà bouclés» (Porte-parole de la Présidence) ANGOP Tanzanie: Les Chefs d’État de la SADC signent des accords ANGOP Acidentes de viação causam 182 mortos em Angola ANGOP Jogos africanos: Judo angolano conquista bronze AGP Gabon : Des responsables religieux transmettent un mémorandum pour la réconciliation nationale au Premier ministre ANGOP Le ministre des Relations extérieures à Washington ANG José Mário Vaz promete anunciar seu futuro político nos próximos dias ANG Directores-gerais da TGB e INACEP suspensos das suas funções ANG PRS discorda com correção do caderno eleitoral

La Guinée en quête de partenaires pour lancer Guinée Télécom


  13 Mai      60        Médias (783),

   

Conakry, 13/05/2019 (MAP) – Le gouvernement de la Guinée planche actuellement sur le lancement effectif de Guinée Télécom, nouvel opérateur des télécommunications dans le pays.

Pour Guinée Télécom, le gouvernement cherche des partenaires techniquement fiables et financièrement robustes, selon Moustapha Mamy Diaby, ministre des Postes, Télécommunications et de l’Economie numérique cité par le journal +L’Indépendant+.

Selon lui, les grands fabricants d’équipements, d’une manière générale, »ne sont pas intéressés par l’opération ». Qu’à cela ne tienne, la recherche de partenaires se poursuit.

L’objectif à travers Guinée Telecom est de doter le pays d’une souveraineté dans les télécommunications qui permettra à l’Etat d’être moins dépendant des services des opérateurs étrangers . La société télécoms publique devrait également contribuer à faire chuter les factures télécoms des services publics.

M. Diaby a aussi dévoilé l’intention du gouvernement de céder de nouvelles parts dans la Guinéenne de Large Bande (GUILAB), le premier opérateur d’infrastructures de télécommunications du pays et passerelle des communications internationales du pays.

« L’Etat, au départ, était à 100%. Aujourd’hui, il détient 52,52% et il va libérer 27,52% pour détenir 25%. »,a déclaré le ministre qui n’exclut pas que les parts de l’Etat puissent tomber à 10%.

Dans la même catégorie