APS UNE LISTE DE ’’PROJETS PRIORITAIRES’’ SÉNÉGALAIS ATTENDUE PAR PÉKIN AVANT NOVEMBRE (AMBASSADEUR CHINOIS) GNA Speaker Oquaye urges MPs to brace up for demanding meeting GNA EC urges youth to take active part in referendum and DLE GNA USAID Communication for Health project ends GNA MTN Skate Soccer competition finally fixed for Saturday GNA Unemployed granted bail over fraud AGP Ballon d’or européen : les 30 nommés sont désormais connus AIP Une quarantaine de communicateurs catholiques formés à l’écriture journalistique (Communiqué) APS 3E FORUM DE LA JEUNESSE AFRICAINE À BANJUL DU 28 AU 30 OCTOBRE APS MONDIAL U17 : LES LIONCEAUX « ENTRE HUMILITÉ ET AMBITION »

L’Afrique abrite le plus grand nombre de déplacés internes (Vice-secrétaire générale de l’ONU)


  23 Mars      45        Economie (6911), Politique (6924), Société (14004),

   

Marrakech, 23/03/2019 (MAP) – La Vice-secrétaire générale de l’Organisation des Nations Unies (ONU), Amina Mohammed, a relevé, samedi à Marrakech, que l’Afrique abrite le plus grand nombre de déplacées internes.

L’Afrique abrite le plus grand nombre de personne déplacées internes, en raison de plusieurs facteurs, notamment les conflits politiques, la pauvreté, la persécution et l’insécurité alimentaire, a-t-elle indiqué à l’ouverture de la 20è réunion du Mécanisme de coordination régionale pour l’Afrique (MCR) et 3è réunion conjointe du MCR et de l’antenne régionale africaine du Groupe des Nations unies pour le développement durable.

La responsable onusienne a affirmé que cette année l’attention est focalisée sur les réfugiés, les rapatriés et les personnes déplacées internes, faisant part de se satisfaction de la réaction du continent vis-à-vis de cette situation. « Quelque soit la cause ou la crise, les pays africains ont fait preuve d’une solidarité remarquable plus que toute autre partie du monde », a fait remarquer la vice-secrétaire générale de l’ONU.

A l’ONU, a-t-elle poursuivi, « nous somme déterminés à soutenir cette solidarité et ce leadership », rappelant à cet égard la signature de deux partenariats avec l’Union Africaine visant notamment le renforcement de la coopération en matière de paix et de sécurité, ainsi que l’accélération de la mise en œuvre des agendas 2063 et 2030.

Elle a en outre souligné que le potentiel de la jeunesse africaine reste largement sous-exploité, appelant à agir pour tirer profit de l’énergie et la dynamique de ces jeunes qui, selon elle, « représentent notre futur et le futur se construit maintenant ».

Par ailleurs, elle a mis l’accent sur le progrès notable qu’a connu le continent en matière de l’autonomisation de la Femme, estimant qu’il reste encore du chemin à parcourir pour réduire davantage les disparités liées au genre.

La responsable onusienne a, d’autre part, noté que les changements climatiques, la discrimination du genre, la cohésion sociale sur le continent et à travers le monde, ainsi que les mouvements transfrontaliers des personnes sont des défis majeurs que « nous ne pouvons plus en faire face avec des solutions du passé », insistant sur l’importance de la promotion d’une coopération multilatérale.

Cette réunion se tient les 23 et 24 mars sous le thème « L’appui du système des Nations Unies à l’Union africaine pour célébrer 2019, Année des réfugiés, des rapatriés et des personnes déplacées : Vers des solutions durables au déplacement forcé en Afrique », en marge de la 52ème session de la Conférence des ministres africains des finances, de la planification et du développement économique (COM2019) de la Commission économique pour l’Afrique (CEA).

Elle sert de cadre à des tables rondes de haut niveau sur des questions liées au thème choisi afin de promouvoir les interactions et de contribuer à la résolution des problèmes liés aux réfugiés et aux personnes déplacées en Afrique.

Elle a également pour objectif de débattre du fonctionnement des instances que sont le Mécanisme et l’antenne régionale africaine du Groupe des Nations unies pour le développement durable et évaluer les réalisations, les défis et la voie à suivre pour renforcer la cohérence et l’efficacité de l’appui apporté à l’Union africaine et à ses organes dans le contexte des réformes de l’Union africaine et du système des Nations Unies.

Dans la même catégorie