ACP La RDC renouvelle les engagements de la Charte des Nations Unies ACP Sept nouveaux cas confirmés d’Ebola dont un agent de santé notifiés vendredi au Nord-Kivu et en Ituri ACP Des éclaircissements sur la nécessité de l’introduction du 2ème vaccin contre le virus Ebola en RDC ANGOP Report du jugement de  »Zeno » dos Santos ANGOP La Commission mixte Angola/Rwanda se réunira fin 2019 ANGOP Chef de l’Etat angolais en route pour New York Map Communiqué du Cabinet royal GNA MTN begins construction of 600-bed girls’ dormitory for TAMASCO GNA Parts of Tumu–Bolga trunk road washed away by flood

Le Cameroun signe son adhésion au CICC


  12 Juillet      20        Agriculture (807), Economie (6503), Photos (3591),

   

Abidjan, 11 juil (AIP)- Le ministre camerounais  de l’Agriculture et du Développement rural, Gabriel Mbairob, a signé, mercredi, l’acte d’adhésion au Conseil international consultatif du cajou (CICC), en devenant ainsi le 10e Etat à rejoindre cette Plateforme internationale de la gouvernance du cajou, une filière de plus en plus en croissance en Afrique.

L’objectif du CICC, créé en 2016, est de promouvoir le développement durable du cajou dans le monde.

Se réjouissant de la décision du Cameroun à rejoindre officiellement le CICC, le directeur général du Conseil du Coton et de l’Anacarde, Dr Adama Coulibaly, par ailleurs Secrétaire exécutif intérimaire du CICC, a rappelé que le Cameroun n’a jamais été loin dudit Conseil depuis sa création.

Il a insisté sur la nécessité des Etats africains à se mettre ensemble pour adresser toutes les questions liées au développement de la filière de la noix de cajou, à sa contribution à l’économie des différents pays africains.

« Avec cette adhésion du Cameroun, pays occupant une place stratégique en Afrique Centrale, le Conseil international consultatif du cajou prend vraiment une dimension continentale », a renchéri le ministre ivoirien du Commerce, de l’Industrie et de la promotion des PME, Souleymane Diarrassouba.

Il a souligné aussi que cette nouvelle adhésion vient ainsi récompenser de façon remarquable les efforts de la Côte d’Ivoire, qui s’est résolument engagée dans l’intégration régionale avec la mise en place et l’opérationnalisation du CICC.

Le ministre Camerounais de l’Agriculture et du Développement rural, Gabriel Mbairob, pour sa part, espère qu’avec l’adhésion de son pays au CICC, le Cameroun pourra bénéficier  du partage d’expérience et de l’expertise des autres pays, suffisamment avancés comme la Côte d’Ivoire et prendre part aux instances décisionnelles de la filière du cajou.

A ce jour, le  CICC compte comme pays membres, la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Togo, le Bénin, le Burkina Faso, le Mali, la Guinée, la Guinée Bissau, le Sénégal et le Cameroun, précise-t-on. Et c’est au cours de la deuxième édition du Salon international des équipements et des technologies de transformations de l’anacarde (SIETTA), le 18 novembre 2016, à Abidjan, par dix pays producteurs.

Il comprend deux organes permanents, le Conseil des ministres et le secrétariat exécutif, et trois organes non permanents à savoir la conférence scientifique, la commission pour la promotion et le développement du secteur privé, le collège pour la production agricole, rappelle-t-on.

tg/fmo

Dans la même catégorie