GNA Let’s work harder to halt the spread of plastic pollutants – Nii Ankrah II GNA Over monetization of politics reducing quality of leadership – Kwesi Pratt GNA Ghanaians urged to venture into coconut production GNA Mpraeso MP donates books and pencils to pupils GNA Two schools in Kwahu West to get classroom blocks ANP Arrivée samedi à New York du Président de la République du Niger AIP Les infirmiers de Gagnoa offrent des consultations gratuites aux populations AIP Les motocyclistes de Niakara sensibilisés sur le port de casque AIP L’hôpital Saint Jean Baptiste de Bôdô inaugure sa chapelle AIP Le ministre Sidi Touré conseille la propreté à Béoumi

Le marché Sandaga, un lieu de refuge avec beaucoup de chaleur humaine, se souvient un écrivain


  20 Août      7        Non classé (121),

   

Dakar, 19 août (APS) – Le marché Sandaga, avec ses couleurs et son architecture soudano-sahélienne évoquant l’habitat de la dynastie des Askia, était « un lieu de refuge » rempli de « chaleur humaine », se rappelle l’écrivain Mamadou Samb, dont les souvenirs d’enfance sont rythmés en partie par les activités commerciales de son père au sein de ce centre d’affaires dakarois.

« Ce marché centenaire était un imposant bâtiment de trois niveaux, avec une structure particulière, largement calquée sur l’architecture soudano-sahélienne », se souvient M. Samb, lorsqu’on lui parle du projet de rénovation consacré à ce centre commercial par le ministère de l’Urbanisme, de l’Habitat et du Cadre de vie.

L’écrivain sénégalais a vécu une enfance bercée en partie par cet important espace commercial situé en plein cœur de Dakar-Plateau, le quartier des affaires et de l’administration, siège de la quasi-totalité des institutions sénégalaises dont la présidence de la République et l’Assemblée nationale.

S’agissant du marché Sandaga, M. Samb se rappelle que c’est là qu’il venait aider son père, El Hadji Mor Samb, délégué des commerçants, à écouler ses marchandises.

« Les murs de couleur ocre et artistiquement sculptés du marché Sandaga étaient attrayants et se distinguaient nettement du paysage environnant. Ils ne laissaient personne indifférent », rappelle Mamadou Samb.

Selon ses souvenirs, en termes de couleur, le marché semblait n’avoir d’égal que les bâtiments du service de l’hygiène et de l’école élémentaire El Hadji-Malick-Sy, située en face la RTS, la Radiotélévision sénégalaise.

Dans la même catégorie