ANP 678 agents électoraux en formation d’enrôlement de fichiers biométriques pour les régions de Tahoua et Agadez AGP Gabon/Projet de la Transgabonaise : «les financements sont déjà bouclés» (Porte-parole de la Présidence) ANGOP Tanzanie: Les Chefs d’État de la SADC signent des accords ANGOP Acidentes de viação causam 182 mortos em Angola ANGOP Jogos africanos: Judo angolano conquista bronze AGP Gabon : Des responsables religieux transmettent un mémorandum pour la réconciliation nationale au Premier ministre ANGOP Le ministre des Relations extérieures à Washington ANG José Mário Vaz promete anunciar seu futuro político nos próximos dias ANG Directores-gerais da TGB e INACEP suspensos das suas funções ANG PRS discorda com correção do caderno eleitoral

Le Parlement tunisien vote une loi contre le racisme, une première en Tunisie


  10 Octobre      81        Société (12470),

   

Tunis, 10/10/2018 -(MAP)- Le Parlement tunisien a voté, mardi soir, une loi criminalisant les propos racistes, l’incitation à la haine et les discriminations, une première en Tunisie réclamée par des ONG depuis longtemps.

La Loi votée à l’issue de longs débats par 125 voix pour, une contre et cinq abstentions, est le premier texte dans la loi tunisienne à rendre criminels les actes racistes. Il était réclamé de longue date par les association de défense des minorités.

« L’incitation à la haine », les « menaces racistes », la « diffusion » et « l’apologie du racisme », ainsi que la « création » ou la « participation à une organisation soutenant de façon claire et répétitive les discriminations » sont passibles de un à trois ans de prison et jusqu’à 3.000 dinars (1.000 euros) d’amende, selon ce texte qui précise que l’amende peut monter à 15.000 dinars (environ 5.000 euros) pour les personnes morales.

Commentant cette nouvelle loi, le président du Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES), Messaoud Romdhani, a indiqué que « c’est un tournant très important dans l’histoire de la Tunisie, équivalent à l’abolition de l’esclavage ».

Il a de même souligné que « c’est un pas de géant, mais il reste beaucoup à faire pour concrétiser cette loi dans une société où il y a du racisme envers les 10% de Tunisiens noirs et les Africains subsahariens, qui souffrent d’insultes et d’attaques parfois violentes ».

Pour sa part, l’Association tunisienne de soutien aux minorités (ATSM) a estimé qu' »il s’agit d’un moment historique pour la Tunisie ».

HR.

Dans la même catégorie