ANP Arrivée samedi à New York du Président de la République du Niger AIP Les infirmiers de Gagnoa offrent des consultations gratuites aux populations AIP Les motocyclistes de Niakara sensibilisés sur le port de casque AIP L’hôpital Saint Jean Baptiste de Bôdô inaugure sa chapelle AIP Le ministre Sidi Touré conseille la propreté à Béoumi AIP L’évêque d’Agboville invite les Africains à cultiver la vertu de la compassion AIP L’évêque d’Agboville invite les chrétiens à manifester de l’Amour de Dieu AIP Le PSD 2020-2030 de la région du N’zi adopté AIP Les pèlerins de retour de la Mecque célébrés à Béoumi ACP Rassurer les opérateurs économiques

Le porte-parole des travailleurs d’Air Algérie se demande si la compagnie fait voler ses avions sans maintenance


  15 Novembre      31        Securité (1162), Société (13199),

   

Alger, 15/11/2018 -(MAP)- Le porte-parole des travailleurs de la maintenance à Air Algérie, en grève depuis quatre jours, a affirmé, mercredi, ignorer qui assure le travail à leur place pour que la direction de la compagnie autorise ses avions à voler.

«Nous sommes responsables de nos actes et nous considérons que le fait de faire voler les avions sans maintenance préalable représente un véritable danger pour les passagers», a déclaré le représentant des travailleurs sur la chaîne de télévision privée «Ennahar TV».

Les autorités aéroportuaires de nombreux pays européens auraient d’ores et déjà mis en garde les responsables d’Air Algérie sur l’incidence de cette grève sur la sécurité dans leurs aéroports, relève-t-on de même source. Sur ce sujet, le représentant des travailleurs grévistes a dégagé toute responsabilité au cas où un incident ou, plus grave, un accident survenait faute de maintenance des appareils d’Air Algérie.

S’exprimant sur la sanction qui a touché douze grévistes licenciés «abusivement» par la direction générale de la compagnie aérienne, le responsable du syndicat a précisé que ces licenciements ont eu pour effet d’étendre le débrayage à l’ensemble des aéroports du pays, alors qu’il ne concernait au départ que l’aéroport d’Alger Houari-Boumediène.

La même source se demande, à ce propos, si la compagnie aérienne a eu recours à des techniciens de substitution étrangers ou nationaux réquisitionnés au sein de l’armée ou elle fait voler ses aéronefs sans contrôle et sans révision préalables.

Le conflit entre la direction d’Air Algérie et les mécaniciens et ingénieurs de maintenance semble prendre une autre tournure. En effet, après la décision de l’Administration prise, hier, de suspendre quatorze mécaniciens grévistes, l’ensemble des techniciens de la maintenance a vivement réagi et le syndicat, resté en retrait, lors de ce débrayage entamé dimanche dernier, a décidé de s’impliquer. «On est tous prêts à être licenciés», a averti le président du Syndicat national des techniciens de la maintenance avions (SNTMA), Ahmed Boutoumi.

Le Syndicat réclame, notamment, «la révision de la grille des salaires et des primes conformément aux dispositions de la convention collective», «l’accélération de l’intégration des travailleurs sous contrats à durée déterminée» et «l’arrêt des mises à pied abusives et les ponctions sur salaires sans motifs valables».

Dans la même catégorie