ACP L’ITTIE/international accorde 18 mois à la RDC pour mettre en œuvre les mesures correctives GNA Farmers in UER receive animals under RFJ ACP Les journalistes de Kinshasa informés de l’introduction du nouveau vaccin contre la diarrhée à Rotavirus GNA PfFJs farmers call on government to build capacity of local seed producers GNA Gov’t to include cybersecurity education in school curricular ACP Les anciens membres du cabinet PT-NTIC perçoivent leur prime de rétrocession ACP Arrivée à Mbanza-Ngungu du Président Félix Antoine Tshisekedi GNA Vodafone rebrands Enterprise Unit GNA President cuts sod for construction of Obetsebi-Lamptey Interchange GNA Sales executive gets GHC20,000.00 bail over theft

Le Président Félix Tshisekedi au sommet extraordinaire de l’UA à Niamey


  8 Juillet      91        Economie (6893), Politique (6902),

   

Kinshasa, 07 juillet 2019 (ACP).- Le Président de la République, Félix Tshisekedi Tshilombo, séjourne depuis samedi, à Niamey  au Niger, où il participe au sommet extraordinaire  de l’Union Africaine (UA) du 7 au 8 juillet 2019.

Selon le service de communication de la Présidence, les Chefs d’Etat des pays membres de l’Union africaine présents à ces assises débattent notamment, de l’épineuse question de la zone de libre-échange continental.

Le Président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo qui s’est toujours préoccupé au plus haut point de l’intégration africaine pour le développement de la RDC et du continent, sera convié à prendre la parole durant ce sommet.

Pour le Chef de l’Etat, c’est un objectif qui pourra être atteint grâce à un combat farouche mené contre l’insécurité et les différents conflits qui déstabilisent l’Afrique.

De par sa position géographique au carrefour de plusieurs organisations sous régionales, la RDC a un rôle important à jouer dans l’intégration africaine préconisée par tous les Chefs d’Etat au sein de l’organisation. Trente-deux chefs d’Etat sont présents dans capitale nigérienne qui accueille le sommet de l’UA sous haute sécurité.

La ZLEC, une opportunité pour la RDC

Le sommet de l’UA qui vient de s’ouvrir à Niamey au Niger est le plus grand événement historique pour le continent africain depuis la création de l’OUA en 1963. Car il doit donner lieu au lancement officiel de la Zone de libre-échange continentale. (ZLEC).

54 des pays de l’UA feront partie de la ZLEC. Seule l’Erythrée n’a pas adhéré. Aujourd’hui le Nigeria et le Bénin viennent de signer leur adhésion.

Cette dernière est un marché de 1, 2 milliard de personnes et va permettre de faire passer les échanges intra africains de 15 % à 60 %. Sa mise en oeuvre actif est prévue à partir de 2020.

L’objectif est d’aller à terme vers une entité continentale qui ressemblera à l’UE. Mais aussi il va aider à donner un coup de fouet au commerce intra africain qui stagne à 15 % contre environ 47 % en Amérique, 61 % en Asie et 67% en Europe. Ce commerce intra africains pourrait rapporter 16,1 milliards de revenus supplémentaires.

Notons que 3 pays africains dont l’Égypte, le Nigeria et l’Afrique du Sud représentent à eux seuls 50% du PIB cumulé de l’Afrique.

La RDC, grand pays et potentiellement riche doit profiter de la ZLEC pour booster son économie et ainsi accroître son PIB. La présence du Chef de l’état à ce sommet est d’une importance géostratégique considérable.

Quoi qu’il en soit cette création est un vieux rêve des hérauts ayant fondé l’OUA, à la tête desquels  Kwame Nkrumah, l’un des pères fondateurs et premier Président du Ghana. Du Caire au Cap et de Dakar à Nairobi, le marché commun africain est en marche.

La ZLEC devra regrouper le marché commun de l’Afrique orientale et australe (COMESA), la communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), l’union du Maghreb arabe et la communauté des États sahélo-sahariens, la communauté d’Afrique de l’Est (CAE), la communauté de développement d’Afrique australe (SADC) et la communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC).

Echange  avec  Rory Stewart  sur la riposte contre Ebola

Avant  de s’envoler pour Nyamey, le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, a échangé avec le Secrétaire d’État britannique au développement international, Rory Stewart sur la riposte contre Ebola, au cours d’une audience qu’il lui a accordée au pavillon présidentiel de l’aéroport international de N’Djili.

Selon le service de communication de la Présidence de la République, la contribution de la Grande Bretagne  à  la pacification de l’Est de la RDC était également au menu des échanges.

Rory Stewart a débuté sa visite en RDC au Nord-Kivu, particulièrement  à Butembo. Il s’était rendu samedi à Katwa où plus de 400 personnes sont mortes d’Ebola. Il avait aussi visité «la crèche» qui s’occupe des enfants dont les mères sont atteintes d’Ebola, avant  le setup prévu pour la vaccination, étant donné que le vaccin est l’un des piliers de la riposte.

La Grande Bretagne est l’un des principaux contributeurs dans la riposte contre l’épidémie d’Ebola déclarée officiellement le 1 août 2018 à Mangina, dans le territoire de Beni.

Le 27 mai dernier, la ministre britannique pour l’Afrique, Harriett Baldwin,  en séjour en RDC, avait annoncé une nouvelle aide du gouvernement de son pays pour permettre des enterrements dignes et sécurisés des victimes de  cette épidémie.

ACP/Fng/Fmb

Dans la même catégorie