AIP Un élève, présumé membre d’un gang à Tiébissou, aux arrêts AIP Une Ong s’engage pour l’école et l’alphabétisation de masse à Oumé AIP Les projets de l’ex-PPU reversés aux départements ministériels MAP Foot/Ligue des champions : la CAF déclare officiellement l’Espérance de Tunis vainqueur de l’édition 2019 MAP Violences xénophobes en Afrique du Sud: Ramaphosa dépêche des Envoyés spéciaux auprès de chefs d’Etat africains AIP Une enquête ouverte sur le projet de renforcement de l’axe routier Bouaké-Daoukro AIP Une centaine de femmes du PDCI rejoignent le RHDP AIP Le Premier ministre lance lundi les travaux d’aménagement du carrefour de l’Indénié AIP Dix motos remises pour renforcer les capacités opérationnelles des forces de sécurité AIP La CEDEAO annonce un milliard de dollars pour lutter contre le terrorisme

L’USSEIN DÉCROCHE UN FINANCEMENT POUR SON PROJET DE RECHERCHES SUR LES CARENCES NUTRITIONNELLES


  27 Juin      14        Santé (1874), Société (13018),

   

Dakar, 27 juin (APS) – L’Université du Sine Saloum El Hadji Ibrahima
Niasse (USSEIN) vient de bénéficier d’un financement de 160 millions
de francs de la Fondation Nestlé en appui à la mise en œuvre de son
projet de recherches sur les carences nutritionnelles, annonce un
communiqué parvenu à l’APS.

Ce projet de recherches doté d’un financement de 160 millions de
francs CFA est intitulé “Développement d’un aliment de complément à
base de produits locaux pour améliorer le statut en fer des enfants en
âge scolaire au Sénégal’’, indique la même source.

Dans le cadre de sa mise en œuvre, l’USSEIN va, à travers son unité
formation et de recherches dénommée ‘’Nutrition et Alimentation’’,
travailler en collaboration avec l’Université Cheikh Anta Diop de
Dakar (UCAD), l’Université Gaston Berger de Saint-Louis (UGB) et
l’Institut de technologies alimentaires (ITA), précise le communiqué.

Il est attendu de la mise en œuvre de ce projet de recherches une
meilleure prise en charge de la problématique des carences en fer avec
l’utilisation des produits locaux, souligne le document qui rappelle
que ce phénomène toucherait 39 % des femmes en âge de procréer au
Sénégal.

AFD/AMD/AKS

Dans la même catégorie