NAN Rochas Foundation earmarks N1bn to tackle out of school children challenge AGP CHAN 2020/Préparation : La Guinée accueille le Maroc à Conakry AGP Guinée-Politique : Marche des Femmes infiltrée AGP Forum économique Russie/Afrique : La Guinée bien cotée AGP Guinée-Politique : Les acteurs sociopolitiques sommés de tenir un discours poli. MAP Colloque sur l’éducation sexuelle et reproductive au continent africain les 30 et 31 octobre à Rabat AIP Poutine ouvre le Sommet Russie-Afrique AIP Accord entre Poutine et Erdogan pour contrôler la frontière turco-syrienne AIP Don de médicaments à l’hôpital général de Bingerville AIP Le Premier ministre canadien Justin Trudeau rempile pour un second mandat

MAMADOU TALLA VEUT PROMOUVOIR UNE « ÉCOLE DE LA RÉPUBLIQUE » ET DE LA « RÉUSSITE »


  16 Septembre      12        Education (2033),

   

Dakar, 16 sept (APS) – Le ministre de l’Education
nationale, Mamadou Talla, a exprimé lundi la volonté de son
département d’instaurer une « école de la République » et de la
« réussite », à travers l’engagement de tous les acteurs du secteur.

« Il ne s’agit pas seulement d’espérer, mais de créer les conditions de
notre réussite ; les conditions qui nous permettent d’atteindre nos
objectifs. C’est ensemble que nous allons atteindre ces objectifs mais
en ayant en ligne de mire l’école de la République, l’école de la
réussite », a-t-il lancé.

Il s’exprimait à l’ouverture du séminaire de la rentrée scolaires
2019-2020, organisé à Saly-Portudal (Mbour, ouest) et dont le thème
portait sur : « Une amélioration de la gouvernance et un partenariat
efficace au service des performances scolaires ».

« Quand on parle d’éducation, elle devrait être inclusive ; au-delà de
ceux qui sont dans le circuit connu ou traditionnel. Il faut
l’éducation aux valeurs pour installer une école de la République, une
école de la réussite. C’est l’objectif que nous nous fixons », a
notamment dit M. Talla.

Il a souligné que ce séminaire de quatre jours (du 17 au 19 courant)
devrait permettre de « préparer la prochaine rentrée scolaire, de poser
des actes, de se fixer des objectifs et d’aller ensemble pour leur
atteinte ».

« Il faut aller dans le sens du respect et de la réalisation de tous
les engagements que nous avons pris depuis qu’on est là, mais
également ceux qui avaient été pris avant notre arrivée. Je salue
cette posture du gouvernement qui veut aller vers la résolution
définitive de l’ensemble de ces problèmes », a poursuivi le ministre de
l’Education nationale.

Il salué la nomination d’une personnalité chargée de coordonner le
monitoring en la personne de Cheikh Kanté, ministre en charge du Plan
Sénégal émergent (PSE).

« Nous avons aujourd’hui quelqu’un qui est désigné pour le monitoring
afin de faire face à tous ces problèmes. C’est cette dynamique
unitaire qui devrait nous permettre de faire face aux défis », a-t-il
estimé.

Il a lancé un appel pour que le jour de la rentrée des élèves, le 3
octobre prochain, les enseignements puissent démarrer.

Se disant rassuré par la présence de tous les acteurs du système
éducatif, Mamadou Talla s’est dit convaincu que sa mission ne pourra
réussir que si un climat de confiance et de sérénité s’installe entre
les acteurs.

D’après lui, l’apaisement du climat social ne peut s’obtenir que dans
le respect mutuel entre les différentes parties prenantes.

« Sans climat apaisé, on ne pourra pas réussir toutes les
transformations que nous devons faire », a-t-il insisté, avant de
rappeler que sa préoccupation, c’est « comment rendre efficace et
efficient le système éducatif ».

« Il nous faut réfléchir sur comment accompagner également les acteurs
en termes de formation mais aussi comment revoir notre mode de
gouvernance et de pilotage de nos structures. Comment arriver à créer
un accès pour tous à une éducation. Nous sommes le ministère de
l’Education nationale et non le ministère des enseignements », a-t-il
martelé.

Il a annoncé qu’il se rendra à Ziguinchor le 23 septembre prochain
pour le lancement d’une « grande semaine de nettoyage », qui devrait
permettre de rendre effective la volonté des autorités éducatives de
rendre effective le concept « ubi tey jang tey » (démarrer les cours le
jour de la rentrée).

« Nous sommes en train de nous préparer mais c’est une affaire de tous
: les collectivités, les associations et le ministère de l’Education
nationale, mais également d’autres ministères comme celui de
l’Habitat, de l’Urbanisme qui sont tous mobilisés. »

Dans la même catégorie