ANP 678 agents électoraux en formation d’enrôlement de fichiers biométriques pour les régions de Tahoua et Agadez AGP Gabon/Projet de la Transgabonaise : «les financements sont déjà bouclés» (Porte-parole de la Présidence) ANGOP Tanzanie: Les Chefs d’État de la SADC signent des accords ANGOP Acidentes de viação causam 182 mortos em Angola ANGOP Jogos africanos: Judo angolano conquista bronze AGP Gabon : Des responsables religieux transmettent un mémorandum pour la réconciliation nationale au Premier ministre ANGOP Le ministre des Relations extérieures à Washington ANG José Mário Vaz promete anunciar seu futuro político nos próximos dias ANG Directores-gerais da TGB e INACEP suspensos das suas funções ANG PRS discorda com correção do caderno eleitoral

POUR LA PROMOTION DE LA QUALITÉ DANS LES INVESTISSEMENTS AGRICOLES


  25 Mars      40        Economie (6105),

   

Dakar, 25 mars (APS) – Ibrahima Hathie, directeur de recherche à l’Initiative, prospective agricole et rurale (IPAR) a souligné lundi à Dakar l’importance de la promotion de la qualité dans les investissements liés au secteur agricole.

« La qualité de l’investissement dans le secteur agricole est fondamentale. Il faut que ces investissements respectent les normes. Le plus important dans ces investissements, c’est la qualité », a-t-il indiqué au lancement d’un programme de formation consacré à la création d’un environnement favorable aux investissements responsables dans les secteurs agricole et alimentaire.

Une trentaine d’experts en provenance de la Guinée, du Mali, de la Mauritanie et du Sénégal participent à cette rencontre de cinq jours organisée dans la capitale sénégalaise par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et l’IPAR.

Le programme vise notamment à renforcer les capacités des responsables politiques pour favoriser une augmentation des investissements agricoles en termes de quantité et de meilleure qualité, a-t-on appris lors de ladite cérémonie de lancement.

Le représentant la FAO lors de cette rencontre, Ndiobo Diène, a pour sa part jugé faible la part de l’agriculture dans les investissements directs étrangers et les crédits.

« Nous savons qu’investir dans l’agriculture et le développement est essentiel pour l’éradication de la pauvreté et de la faim. Cependant, la part de l’agriculture dans les investissements directs étrangers et les crédits a été en-dessous de 5 % les trois dernières décennies », a-t-il souligné.
Il y a donc selon lui lieu de « s’assurer que ces investissements sur l’agriculture aient des impacts véritablement positifs, générant des emplois autonomisant les jeunes, les femmes et les populations vulnérables et contribuant à la sécurité alimentaire et nutritionnelle ».

Selon M. Diène, des efforts ont déjà entrepris dans plusieurs pays pour promouvoir et faciliter les investissements agricoles.

Dans la même catégorie