MAP ONU: La résolution de la 4è Commission réitère le soutien au processus politique visant le règlement de la question du Sahara marocain MAP Sahara : Antigua-et-Barbuda soutient le processus politique en cours visant une solution de compromis MAP Sahara : le Bénin soutient l’initiative marocaine d’autonomie comme solution de compromis AIP Des femmes juristes et le HCR sensibilisent sur l’apatridie à Zébizékou AIP Les élèves-maîtres contractuels du CAFOP d’Aboisso instruits sur les droits et obligations du fonctionnaire AIP Le NDI va soutenir la CEI pour le succès des élections de 2020 (Communiqué) AIP Le ministre des Sports reçoit son dossard n°00001 pour le Handimarathon d’Abidjan (Communiqué) MAP Le Maroc et l’Afrique du Sud officialisent la normalisation de leurs relations (Presse sud-africaine) ANGOP Futsal: Definida selecção para « operação » Zâmbia ANGOP Angolano vence primeiro jogo da pré-época na NBA

Promouvoir le dialogue entre les acteurs nationaux du secteur public et privé


  20 Septembre      10        Economie (6839),

   

Niamey, 20 sept (ANP)-Le ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé, M. Sadou Seydou, a présidé ce Jeudi 19 sept 19 à l’hôtel Noom de Niamey, l’atelier de sensibilisation des acteurs du secteur privé national sur le Plan de Développement économique et social du Niger 2017-2021.

Cet atelier est organisé par le Secrétariat Permanent du Haut Conseil pour l’Investissement au Niger (HCIN). La cérémonie s’est déroulée en présence de plusieurs acteurs du secteur public et privé nigérien et des représentants des partenaires techniques et financiers du Niger, dont la Banque Mondiale, le Système des Nations Unies et l’Union Européenne.

Dans son allocution d’ouverture de cette rencontre, le ministre du Commerce M. Sadou Seydou a rappelé la vision des autorités par rapport au Programme de la Renaissance du Niger Acte 1 et 2.

« L’objectif primordial des Programmes de la Renaissance et de leurs différents Plans de Développement Economique et Social du Niger est de transformer le pays en améliorant sa compétitive, tout en assurant son unité, son développement et une croissance partagée », a-t-il rappelé.

Le ministre n’a pas manqué de présenter les avancées obtenues sur le plan de la réalisation de cette vision, en particulier dans le domaine de la paix et de la sécurité, et l’amélioration de l’environnement des affaires et de la compétitive du pays. C’est ce qui a permis au Niger d’améliorer son classement Doing Business, passant de la 170ème place en 2014 à la 142ème sur 190ème pays en 2019 ; a-il précisé.

Le secteur privé nigérien, a souligné le ministre M. Sadou Seydou, dispose d’un potentiel encore sous-exploité, et il peut constituer un levier de croissance et une source de diversification de l’économie.

C’est pourquoi, dit-il, une stratégie de développement du secteur privé nigérien qui a le potentiel de transformer durablement le pays a été développée.

Cette stratégie s est construite sur la base des données d’une enquête auprès du secteur public et privé, de leur analyse et des échanges avec les parties prenantes.

Ainsi, l’objectif principal de cet atelier est de discuter autour de ces points prioritaires et de permettre aux participants de s’en approprier pour leurs mises en œuvre par un dialogue franc et sincère entre le secteur public et privé.

« Il est aujourd’hui admis que le dialogue entre gouvernement et acteurs non étatiques de la vie économique doit être considéré comme une institution car la participation de la société civile des consommateurs, des entrepreneurs, des salariés, des citoyens, des associations à l’élaboration des politiques publiques répond au besoin de l’Etat et du gouvernement d’asseoir leur légitimité en améliorant la transparence , la qualité et l’ efficacité de leurs politiques. Au Niger, nous avons compris que la concertation entre entreprises et gouvernement est un moyen d’améliorer les politiques publiques du pays et d’aboutir à la création d’un climat de confiance », a indiqué le ministre.

M. Sadou Saley a souligné que la création de passerelles entre gouvernement et secteur privé permet d’analyser en commun les problèmes, d’identifier les politiques et les réformes institutionnelles qui peuvent conduire à un environnement plus favorable au développement du secteur privé.

A travers cette rencontre d’échange, le Haut Conseil pour l’investissement démontre la nécessité de création d’un cadre consultatif permettant de dialoguer directement avec les investisseurs et acteurs sur les questions relatives à la promotion du secteur privé et de renforcer la confiance dans les institutions dans la mesure où les partenariats public-privé sont considérés comme des catalyseurs de politiques économiques réussies

Dans la même catégorie