GNA Speaker Oquaye urges MPs to brace up for demanding meeting GNA EC urges youth to take active part in referendum and DLE GNA USAID Communication for Health project ends GNA MTN Skate Soccer competition finally fixed for Saturday GNA Unemployed granted bail over fraud AGP Ballon d’or européen : les 30 nommés sont désormais connus AIP Une quarantaine de communicateurs catholiques formés à l’écriture journalistique (Communiqué) APS 3E FORUM DE LA JEUNESSE AFRICAINE À BANJUL DU 28 AU 30 OCTOBRE APS MONDIAL U17 : LES LIONCEAUX « ENTRE HUMILITÉ ET AMBITION » AGP Guinée/Religion : Célébration de la journée internationale de l’union panafricaine des femmes de l’alliance chrétienne (l’UPFAC)

Remise des brevets aux 320 sourds muets à la formation sur les droits de l’homme


  18 Mars      49        Droits de l'Homme (277),

   

Kinshasa, 18 mars 2019 (ACP).-L’ONG « Vue et geste » a remis lundi des brevets de participation aux 320 sourds muets et malentendants ayant participé du 17 décembre 2018 au 9 mars 2019, à Kinshasa, à la session de formation introductive sur les droits de l’homme, au cours d’une cérémonie organisée à la maison des élections, dans la commune de  Gombe.
La coordonnatrice de cette association, Julie  Mbenza Bungu, a rappelé que l’objectif de cette formation était de former et d’encadrer les sourds muets et malentendants en rapport avec le déroulement des élections pour l’utilisation de la machine à voter en vue de les intégrer dans la société.
Julie  Mbenza Bungu a fait savoir que les participants qui se sont distingués pendant  la formation, bénéficieront d’une formation d’apprentissage d’un métier à l’Institut national de préparation professionnelle (INPP).
La coordonnatrice de l’ONG a exprimé le vœu d’étendre ces actions au niveau national afin d’apprendre à cette catégorie de personnes la notion de la convention sur les droits de personnes vivant avec handicaps.
« L’ONG « Vue et geste » est une association d’encadrement des sourds muets et malentendants qui travaillent pour le développement de cette catégorie de la population », a indiqué Mbenza Bungu.
« Nous luttons pour faire adopter une loi au niveau de l’Assemblée nationale pour que la langue des signes soit reconnue et intégrée comme 5ème langue dans le programme scolaire pour que tout le monde en parle »,  a-t-il dit.
Pour sa part, le représentant de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Pascal Malosi, a appelé les organisations de la société civile qui s’occupent de l’éducation civique d’avoir une attention particulière vis-à-vis de personnes vivant avec handicap.
« Nous voulons que nos enfants qui éprouvent des difficultés de communication, s’intègrent par la formation dans la société au même niveau que d’autres enfants », a dit André Kibe Munzuaku, un des parents d’un enfant vivant avec handicap.
Cette formation qui fait partie du programme « Défi-phase II » a été organisée par l’ONG « Vue et geste » en collaboration avec la Commission électorale nationale indépendante (CENI) et l’Agence française de développement (AFD) sous le thème : « la problématique du droit des électeurs ».

Dans la même catégorie