ACP La RDC renouvelle les engagements de la Charte des Nations Unies ACP Sept nouveaux cas confirmés d’Ebola dont un agent de santé notifiés vendredi au Nord-Kivu et en Ituri ACP Des éclaircissements sur la nécessité de l’introduction du 2ème vaccin contre le virus Ebola en RDC ANGOP Report du jugement de  »Zeno » dos Santos ANGOP La Commission mixte Angola/Rwanda se réunira fin 2019 ANGOP Chef de l’Etat angolais en route pour New York Map Communiqué du Cabinet royal GNA MTN begins construction of 600-bed girls’ dormitory for TAMASCO GNA Parts of Tumu–Bolga trunk road washed away by flood

Retour en Ethiopie de l’opposante Birtukan Mideksa après sept ans d’exil


  8 Novembre      32        Politique (6474),

   

Addis-Abeba, 08/11/2018 (MAP) – L’opposante éthiopienne Birtukan Mideksa qui dirigeait l’Union pour la démocratie et la justice, principal parti d’opposition, est rentrée ce jeudi en Ethiopie après sept années d’exil.

Mme Birtukan Mideksa a été accueillie à son arrivée à l’aéroport international d’Addis-Abeba par des membres de sa famille et ses proches, a indiqué une source officielle éthiopienne.

Ancienne juge, Mme Birtukan Mideksa a fondé et dirigé l’Union pour la démocratie et la justice, le principal parti d’opposition. Elle avait été arrêtée et emprisonnée deux fois après les élections législatives de 2005 avec d’autres opposants qui contestaient les résultats de ces élections.

Son retour, a-t-elle déclaré à l’agence de presse officielle ENA, intervient après les reformes politiques entreprises en Éthiopie. Elle s’est dite également déterminée à apporter son appui à l’édification démocratique dans le pays.

Début septembre, un autre opposant est rentré au pays après 11 ans d’exil. Il s’agit de Berhanu Nega, chef de l’ancien mouvement armé Ginbot 7 qui a fait son retour après le retrait de son mouvement de la liste des organisations terroristes par le Premier ministre Abiy Ahmed.

En août dernier, l’activiste Jawar Mohammed, fondateur d’un média d’opposition basé aux États-Unis, a lui aussi retourné dans le pays.

Plusieurs opposants ont été libérés depuis l’arrivée au pouvoir du Premier ministre réformateur Abiy Ahmed, rappelle-t-on.

Dans la même catégorie