APS ABDOULAYE DIOP SALUE ‘’L’AURA MORALE ET SPIRITUELLE’’ DE SAMBA DIABARÉ SAMB APS FATICK : RISQUE DE RUPTURE DE LA CHAINE D’APPROVISIONNEMENT DES MÉDICAMENTS DE LA PNA (RESPONSABLE) APS ABOULAYE DIOUF SARR SUR LE CHANTIER DU CENTRE DE SANTÉ DE AGNAM-CIVOL AGP Guinée/Syndicats : Des versions croisées sur les violences de Mamou AGP Kérouané -Agriculture : Joie et Espoirs à la campagne agricole 2019 AGP Dubréka-Infrastructures : Des pistes dégradées dans la commune rurale de Khorira GNA All roads will be made motorable- Professor Adei GNA Corruption can destroy all our efforts – Kpodo GNA NDC Volta inaugurates Zongo Caucus working committee ACP La RDC renouvelle les engagements de la Charte des Nations Unies

Revue de la Presse Quotidienne Internationale Africaine (RPQI-Afrique)


  23 Mai      61        revue de presse (332),

   

Dakar, 23/05/2019 (MAP)- La coopération entre le Sénégal et la Pologne, le dialogue social Burkina Faso, le limogeage du vice-président au Gabon et les affrontements inter-communautaires en Côte d’Ivoire,au sont les principaux sujets abordés par la presse africaine parue jeudi.

Au Sénégal, +Le Soleil+ écrit sous le titre « Coopération commerciale avec la Pologne, le Sénégal veut réduire le déséquilibre », que la coopération commerciale entre la Pologne et le Sénégal connait un déséquilibre en défaveur du Sénégal, ajoutant qu’à l’occasion d’une mission économique polonaise au Sénégal, les hommes d’affaires sénégalais sont appelés à remédier à ce déséquilibre.

Selon le journal, de 2014 à 2018, les exportations sénégalaises (principalement des poissons frais et des phosphates) en direction de la Pologne ont baissé de 8 à 1,7 milliard de Francs CFA, relevant que les importations (produits laitiers, fruits et légumes comestibles,…) ont presque triplé, passant de 10 milliards en 2014 à 32 milliards de Francs CFA.

Ce déséquilibre en défaveur du Sénégal a poussé Aminata Assome Diatta, ministre du commerce et des PME, à demander une amélioration de la coopération commerciale entre le Sénégal et la Pologne, lors de l’ouverture du forum d’affaires entre les deux pays, avant-hier à Dakar, fait savoir le quotidien, soulignant que ce forum d’affaires entre dans le cadre d’une mission économique polonaise au Sénégal du 20 au 24 mai.

Sous le titre « Arrêt de travail des pharmaciens, la pilule était dure à avaler pour les patients », +WalfQuotidien+ rapporte que même si elle n’a duré que deux heures, (de 8h à 10h), la grève, hier, du syndicat des pharmaciens privés du Sénégal a impacté sur le traitement des patients.

« Ne sachant pas où donner de la tête, les malades et leurs accompagnants ont vécu deux heures de galère », indique la publication.

Au Burkina Faso, +Sidwaya+ rapporte que le gouvernement et le monde syndical ont repris le dialogue social pour examiner et « traiter » les revendications des partenaires sociaux, indiquant que les centrales syndicales ont posé comme préalable la suppression de l’Impôt unique sur le traitement des salaires (IUTS), prélevé sur les primes et indemnités servies aux travailleurs du privé et du public que l’Etat s’était engagé à résoudre.

« Plus de deux ans après, le constat est amer, car la situation de l’IUTS est restée en l’état. Son prélèvement a été inscrit dans la loi de finances 2017 sans aucune concertation préalable avec les syndicats. Pour nous, soit on résout ce problème, soit il n’y a pas de discussion », a souligné le porte-parole du monde syndical, Yamba Kouanda, cité par le quotidien.

Sous le titre « A trop tirer sur la corde… », l’éditorialiste du journal étatique relève que pendant ce temps, le Syndicat des travailleurs de la santé humaine et animale est en grève du 21 au 25 mai, suivie d’un boycott des gardes et permanences du 25 mai au 3 juin 2019 pour exiger la satisfaction de sa plateforme revendicative.

Selon +Sidwaya+, le décor est planté et rien ne présage d’une baisse rapide de la tension sociale sous nos cieux, estimant qu’au regard de la multiplicité des mouvements d’humeur qu’a enregistrés le pays ces mois-ci, l’opinion publique avait espéré que ce dialogue gouvernement-syndicats, allait être le cadre idéal pour tracer les sentiers d’un retour progressif à la normale, avec pour couronnement, l’application effectivement des conclusions de la conférence nationale sur la remise à plat de la rémunération des agents publics.

Sur la base de revendications légitimes, les syndicats ne demandent certes que le gouvernement respecte ses engagements à travers les accords qu’il a signés depuis trois ans dans certains cas, mais il faut reconnaître qu’à trop tirer sur la corde, elle risque de se casser, note la publication.

Au Gabon, +l’Union+ écrit qu’au lendemain du limogeage du vice-président et du ministre en charge des forêts ainsi que du rattachement du ministère des Forêts et de l’Environnement, chargé du Plan Climat aux services du Premier ministre, l’onde de choc provoquée par ce coup de tonnerre s’est propagée, hier, parmi la population

.Et d’ajouter que sa frange abonnée aux réseaux sociaux faisant assaut de réactions souvent tranchées. La plupart interpellant la justice, jusqu’à la mettre au défis d’aller au bout de +Kevazingogate+.

Sur un autre registre, la presse indique que le directeur général de la Caisse de dépôts et consignations (CDC), Hermann Nzoundou Bignoumba a présenté, mercredi, au président Ali Bongo Ondimba les divers projets en cours dans la structure dont il a la charge, notamment dans les domaines du logement, des infrastructures et de l’énergie.

En Côte d’Ivoire, « L’Intelligent d’Abidjan » indique que les affrontements inter-communautaires qui ont eu lieu la semaine dernière à Béoumi, dans le centre ivoirien, ont fait 11 morts, 108 blessés et d’importants dégâts matériels. Le journal cite le porte-parole du gouvernement ivoirien Sidi Tiémoko Touré qui donnait un point de presse au terme d’un conseil de gouvernement.

Il a assuré « qu’aucune arme de guerre » n’a été utilisée lors de ces affrontements communautaires et qu’il « s’agit exclusivement de fusils de chasse traditionnels qui ont été utilisés ».

« Le Jour Plus » rapporte que le président du Sénat ivoirien Jeannot Kouadio-Ahoussou a officialisé, mercredi, son adhésion au Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), le parti unifié au pouvoir dirigé par le présiden Alassane Ouattara.

« Je rejoins la famille des Houphouëtistes (..) Nous avons peut-être tort ou raison. Mais n’ayez pas peur. On a dit tout sur moi. J’ai fait de la politique, ça ne m’effraie pas. Je n’ai pas peur et je vais assumer jusqu’au bout », a-t-il dit celui qui était vice-président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI, ex-allié au pouvoir), cité par la publication.

En Ethiopie, le groupe médiatique +FANA BC+ s’intéresse à la rencontre à Addis-Abeba entre la Présidente éthiopienne Sahle-Work Zewde avec une délégation de l’Université du Mississippi en visite en Ethiopie.

Lors de cette entrevue, la Présidente de la République «a salué le partenariat entre l’+Ethiopian Airlines Group+ et l’Université du Mississippi destiné à promouvoir la compagnie aérienne nationale aux Etats-Unis», écrit le média éthiopien.

Mme Sahle-Work Zewde a souligné que ce partenariat constitue un pont pour renforcer les relations entre l’Ethiopie et les Etats-Unis, ajoute +FANA BC+.

A Djibouti, +La Nation+ revient sur la passation de commandement dans le Camp Lemonnier, la seule base militaire américaine permanente sur le continent africain, basée à Djibouti.

«L’enceinte militaire abrite plus de 22 commandements de locataires comprenant des unités de tous les services, y compris l’armée de l’air ainsi que la marine, le Corps des Marines et la Garde côtière des Etats-Unis. Le personnel déployé au Camp Lemonier comprend des militaires en service actif, et des professionnels issus des respectifs de la garde nationale et des réservistes», relève le journal dans sa version électronique.

Le Camp Lemonnier « fournit, gère et soutient un service de qualité supérieure pour appuyer la préparation au combat et la sécurité des navires, des aéronefs, des détachements et du personnel répondant aux exigences des commandements régionaux et des combattants », écrit le journal.

Au Kenya, le journal « Daily Nation » rapporte que le chef de la majorité de l’Assemblée nationale, Aden Duale, a démenti les allégations selon lesquelles des députés préparaient le limogeage du secrétaire du Cabinet (ministre) de l’Intérieur, Fred Matiang’i, après que son nom ait été évoqué dans une affaire d’arnaque de 400 millions de shillings (4 millions de dollars environ).

Selon le journal, le chef de la minorité John Mbadi (Suba South, ODM) aurait affirmé qu’une section de députés associée à Tangatanga, un groupe politique amorphe, s’apprêtait à mener une motion contre le ministre de l’intérieur.

M. Duale a toutefois rejeté les affirmations de son collègue, mettant en avant le seuil « trop élevé » requis pour la démission d’officiels de l’État, tels que le président, le vice-président et les ministres.

« Personne n’a l’intention de parrainer une motion de destitution du Dr Matiang’i. Si cela se produisait, je serais le premier à défendre le responsable du gouvernement », a-t-il assuré.
Au Rwanda, le quotidien +The New Times+ rapporte que les accidents miniers ont fait 50 morts et 41 blessés entre janvier et mai de l’année en cours, citant le secrétaire général du Bureau d’investigation du Rwanda (RIB).

Le journal anglophone a attribué ces « chiffres inquiétants » aux activités minières illégales, indiquant que le gouvernement rwandais a lancé récemment une vaste campagne pour sensibiliser les citoyens sur les dangers de l’exploitation minière illégale qui affecte l’environnement et met en péril la vie des citoyens.

Selon le média, le nombre des décès dû aux accidents miniers s’est établi à 225 en 2018 et à 231 une année auparavant.

Sur un autre sujet, +Kigali Today+ écrit que le parquet général du Rwanda a transmis mercredi à un tribunal pénal le dossier de Nsabimana Callixte, le porte-parole du groupe rebelle Front de libération nationale (FLN), arrêté par les autorités rwandaises fin mai.

« Après des enquêtes menées par le RIB et le parquet général sur le cas de Nsabimana Callixte alias Sankara, l’accusation a transmis son dossier au tribunal pour la phase pré-juridictionnelle du procès » indique le journal qui cite un communiqué du Bureau d’investigation du Rwanda.

Et d’ajouter que Callixte Nsabimana, considéré comme un chef du groupe terroriste FLN, est soupçonné d’avoir mené une série d’attaques terroristes au Rwanda et en République démocratique du Congo (RDC).

Au Ghana, +Daily Graphic+ s’intéresse à la promulgation par le président ghanéen Nana Akufo Addo de la loi sur le droit à l’information qui stipule que toute personne a le droit à l’information sous réserve des qualifications et de la législation nécessaires à une société démocratique.

Ce texte assurera la mise en œuvre du droit constitutionnel à l’information tant dans l’administration publique que dans certaines institutions privées, sous réserve des conditions nécessaires et compatibles avec la loi, précise le quotidien.

Côté sport, +Ghanaian Times+ indique que le capitaine du Ghana Asamoah Gyan a décidé sur « demande présidentielle » de revenir sur sa décision de prendre sa retraite internationale, à quelques semaines du début de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) en Egypte.

« Une demande présidentielle ne se refuse pas… J’ai pris la demande de Son Excellence Nana Addo Dankwa Akufo-Addo en considération et je me rendrai disponible pour une sélection par le coach Kwasi Appiah », a annoncé l’attaquant de 33 ans, rapporte le quotidien.

Dans la même catégorie