MAP Le Maroc et l’Afrique du Sud officialisent la normalisation de leurs relations (Presse sud-africaine) ANGOP Futsal: Definida selecção para « operação » Zâmbia ANGOP Angolano vence primeiro jogo da pré-época na NBA ANGOP Malanje: FAO defende estratégias de reforço da segurança alimentar ANGOP Artistas angolanos expõem na Feira de Artes de Paris MAP Une nouvelle page s’ouvre dans les relations maroco-sud-africaines MAP Bulletin de l’écologie de l’Afrique MAP Bulletin quotidien d’informations économiques africaines MAP Revue de la Presse Quotidienne Internationale Africaine (RPQI-Afrique) LINA UPP Senatorial Candidate Files Appeal To NEC Board Over By-Election

Un écrivain prône un renouvellement régulier des œuvres au programme des collèges et lycées


  20 Août      30        Education (1987),

   

Dakar, 19 août (APS) – Les livres inscrits au programme des collèges et lycées du Sénégal doivent être constamment remplacés par de nouvelles publications, pour ‘’dynamiser’’ la littérature sénégalaise qui donne l’impression de s’être arrêtée en 1960, estime l’écrivain Mamadou Samb.

« Aujourd’hui, nous avons l’impression que la littérature sénégalaise s’est arrêtée en 1960, avec toujours les mêmes livres inscrits au programme d’enseignement dans les collèges et lycées. C’est comme si les générations suivantes n’ont rien produit de qualité », se désole-t-il dans un entretien avec l’APS.

Mamdou Samb donne en exemple la Côte d’Ivoire où les œuvres inscrites au programme sont revues tous les deux ans pour intégrer de nouvelles publications.

Dans cette perspective, a-t-il estimé, « tout auteur peut voir d’une année à l’autre son livre enseigné aux élèves ».

Autrement, ajoute M. Samb, « les professeurs dans les collèges et lycées continuent de dispenser en boucle les mêmes livres qu’ils ont reçus quand ils étaient élèves ».

Selon cet écrivain dont le roman « Le Regard de l’aveugle » a remporté le Grand prix littéraire des lycéens du Sénégal en 2011, « à l’heure actuelle, les élèves n’ont rien à voir avec des livres par moments très colonialistes dans leur expression ».

« C’est comme si l’on refusait d’évoluer pour intégrer des perspectives nouvelles dans l’éducation et la formation de nos élites », a-t-il conclu.

Dans la même catégorie