- FAAPA FR - https://www.faapa.info -

Présidentielle de 2020: L’opposition burkinabè dénonce l’annonce de la candidature du président Kaboré

Ouagadougou, 28 Juin 2018 (AIB) – Réagissant à l’interview mi-mandat du président du Faso, l’opposition politique burkinabè, dit déplorer dans un communiqué, que «dans le contexte actuel marqué par la morosité de l’économie, la seule chose qui préoccupe (le président Kaboré) c’est son prochain mandat».

«Dans le contexte actuel marqué par (…) une crise sécuritaire sans précédent et un front social en ébullition (…) Sans égard aucun pour les multiples victimes de son régime incompétent, M. Kaboré ne trouve rien de nouveau, ni de réconfortant à dire aux Burkinabè, que d’annoncer sa candidature pour l’élection présidentielle de 2020», lit-on dans le communiqué signé du service de communication du Chef de file de l’opposition politique (CFOP) rendu public mercredi.

Pour l’opposition politique, «cette annonce est un non-événement puisque en tant que parti politique, le MPP s’est constitué pour la conquête et la gestion du pouvoir d’Etat».

«Ce qui choque», de son avis, «c’est le timing de cette annonce, car il indique que le Président Kaboré ne se soucie pas des Burkinabè, mais de son propre confort politique».

C’est pourquoi, «l’Opposition politique considère désormais que le Burkina Faso n’est pas dirigé par un président au-dessus de la mêlée, mais par un président-candidat qui a lancé sa campagne électorale». «L’Opposition politique le traitera désormais comme tel!» précise le communiqué.

Au cours de son interview du dimanche nuit, le président Kaboré a aussi invité les syndicats des Finances à lever leur mot d’ordre de grève et à reprendre le travail. «C’est par là qu’il aurait dû commencer, au lieu de laisser ses sbires créer des syndicats fantoches et opposer les fonctionnaires au reste du peuple», estime l’opposition politique.

Pour elle, «dans la gestion globale de cette crise, le pouvoir du MPP a montré un état d’esprit et une manière de faire qui posent un grave problème pour notre vivre ensemble et pour la stabilité de notre pays».

«D’abord, il a délibérément politisé la question des revendications syndicales (…). Ensuite, il a tenté d’instrumentalisé les catégories sociales du monde rural et des secteurs non étatiques, pour les opposer aux fonctionnaires (…). Enfin, il a instruit ses militants au sein de l’administration, de jouer aux briseurs de grève», indique la déclaration.

Face à la situation, l’opposition politique annonce qu’«elle engagera très rapidement la nécessaire concertation des forces démocratiques qui s’impose maintenant plus que jamais, pour définir avec toutes les forces sociales qui le souhaiteraient, les formes de lutte les plus appropriées, afin de contraindre nos gouvernants à revenir sur le droit chemin».

wis/bl/ak