ANP L’UNA et Sputnik organisent une formation sur l’intelligence artificielle et la production vidéo ANP N’gourti : deux citoyens contribuent au FSSP à hauteur de 200.000 FCFA MAP Tanzanie: de fortes pluies ont fait 58 morts depuis début avril AIP La ministre Françoise Remarck encourage les acteurs culturels à saisir les opportunités du MASA AIP MASA 2024: la secrétaire d’Etat rwandaise appelle à l’unité culturelle pour l’avenir des générations africaines AIB Le ministre Jean Emmanuel Ouédraogo annonce du «beau spectacle», dans quelques jours, à l’ouverture de la 21e SNC AIB La commune de Kantchari ravitaillée doublement MAP Conflit au Soudan: L’ONU renouvelle son appel à un cessez-le-feu immédiat MAP Tarfaya: La Marine Royale porte assistance à 118 candidats à la migration irrégulière MAP Le parti MK de Zuma appelle à la démission de la présidente de la Commission électorale

A Kolda, la ruée vers les salons de beauté avant la Korité


  30 Avril      48        social (701),

 

Kolda, 30 avr (APS) – Les préparatifs de la Korité, fête célébrant la fin du jeûne musulman, vont bon train depuis quelques jours à Kolda (sud) où les femmes prennent d’assaut les salons et autres espaces de beauté pour se retaper après un long mois d’abstinence.

Les salons spécialisés dans le henné et autres soins associés sont les plus convoités, surtout que certains de ses établissements proposent les maquillages les plus à la mode.

En même temps que les marchés sont courus pour leurs approvisionnements de fête, les salons de beauté à la mode sont aussi assaillis que les ateliers de couture les plus recherchés, célèbres pour leur savoir-faire dans le dernier habit à la mode.

« J’ai déjà récupéré mes habits chez le tailleur et j’ai effectué mes achats de denrées pour les besoins de la fête, confie Aby Diao, trouvée dans un salon de beauté. Je suis venue pour me faire tatouer avant de rentrer au village ».

Comme Aby, de nombreuses femmes et jeunes filles sont prêtes à patienter des heures s’il faut devant les salons de beauté de la capitale du Fouladou, pour se faire tatouer au henné, s’offrir des soins des mains et des pieds.

Binta Sabaly assure que le tatouage au henné offert par son salon de beauté préféré est tout simplement « simple et très joli. Il diffère du tatouage traditionnel réalisé avec la poudre de feuille de baobab », dit-elle.

« Ici, on utilise du matériel plus moderne, des crayons, bics, etc. et c’est plus rapide », déclare cette jeune femme.

De fait, les propriétaires de salons croulent certes sous le travail. Mais au rythme où ces établissements sont fréquentés, leurs tenanciers ne sont peut-être pas les plus à plaindre, compte tenu des recettes à engranger.

« Nous avons beaucoup de clientes comme vous le constatez et chacune choisit son modèle’’, se félicite Mme Diop, en faisant observer que ses services sont toujours très sollicités pendant les périodes de fête comme la Korité ou la Tabaski, la grande fête musulmane également appelée Aïd-el-kébir ou fête du mouton.

Elle dit proposer ses soins entre 1000 et 3000 francs CFA en fonction du type de service voulu par le client, les tarifs devenant plus chers pendant les mariages, anniversaires et baptêmes, des occasion nécessitant un déplacement.

Pour ce genre de sollicitations, elle facture ses services 5000 FCFA pour les clients résidant dans la commune de Kolda, un barème qui peut monter parfois jusqu’à 8000 FCFA en fonction de la distance, indique-t-elle.

Toujours est-il que la demande est telle que les propriétaires de salon de beauté se frottent les mains, la plupart d’entre elles étant installés au centre-ville où elles peuvent profiter d’une bonne exposition.

Dans la même catégorie