MAP L’ambassadeur de SM le Roi au Caire présente ses lettres de créance au Président égyptien MAP Kenya: huit corps retrouvés dans une décharge à Nairobi (nouveau bilan) APS AG de la FSF : le comité exécutif va proposer la date du 21 septembre (président) ANP Les leaders Arabes d’Agadez et Tahoua reçus par le Président du CNSP APS Acteurs politiques, société civile et universitaires planchent sur l’intégrité du système électoral APS Zone des Niayes : des producteurs listent les défis et proposent des solutions APS Le président Faye aborde les urgences sociales, la fiscalité, l’emploi, ses rapports avec le Premier ministre, etc APS AVC: un neurologue alerte sur les cas d’hospitalisations de sujets de plus en plus jeunes AIP La lutte contre la déforestation devrait s’inscrire dans un cadre de coopération sud-sud (Le président CESEC) MAP Niger : 22 terroristes « neutralisés » par l’armée dans l’ouest

A Rabat, Angèle Diabang appelle à la constitution  »d’organismes forts » de producteurs


  17 Mars      26        Cinéma (450), Culture (1571),

 

Rabat, 17 mars (APS) – La productrice et réalisatrice sénégalaise, Angèle Diabang, a appelé à la constitution en Afrique d’organismes de producteurs capables d’amener les pouvoirs publics à faire payer les droits d’auteurs.

‘’Il nous faut dans nos pays des organisations de producteurs capables d’aller voir les gouvernements et leur dire qu’il a y par exemple des  dizaines de chaînes de télévision qui utilisent nos œuvres musicales et cinématographique sans payer de redevance’’, a-t-elle déclaré lors d’une table ronde consacrée aux enjeux des droits d’auteurs.

Cette activité entrait dans le cadre de la première édition des Journées du cinéma panafricain de Rabat ‘’les Roots Rabat’’, clôturée jeudi dans la capitale marocaine.

Ces organisations de producteurs doivent également être en mesure d’appuyer les sociétés de gestion des droits d’auteurs de manière à les rendre davantage fortes.

Il faut que ces structures sentent toute la corporation derrière elles. Mais malheureusement, la majeure partie des sociétés de gestion des droits d’auteurs sont affaiblies en raison entre autres d’un manque de personnels, lesquels sont obligés de se battre sur plusieurs tableaux, a déploré Angèle Diabang.

Elle a fait remarquer que, de manière générale, la situation était en train d’évoluer dans plusieurs pays à travers l’avènement de fonds d’appui à la production et l’émergence de nouvelles plateformes.

Quelque chose est en train de se passer. Il est donc essentiel de s’unir et c’est l’une des raisons de notre présence à Rabat. Il faut penser à uniformiser les textes régissant le secteur de la production parce que face à certains groupes, les acteurs locaux doivent s’arranger à parler de la même voix, a souligné l’ancienne présidente du conseil d’administration de la société sénégalaise du droit d’auteur.

Dans la même catégorie