APS Le partenariat public-privé,  »une alternative au financement des infrastructures » (PM égyptien) APS Mahawa Sémou Diouf installé comme président de la Cour de justice de l’UEMOA MAP Le CPS de l’UA adopte la «Déclaration de Tanger» sur la promotion du lien Paix-Sécurité-Développement et décide de la soumettre au Sommet de l’UA MAP RDC: L’ONU alerte sur la crise de la faim, la « plus grande » en Afrique MAP Afrique du Sud : Dix morts dans deux fusillades au Cap-Oriental ATOP Vo/ Santé : revue annuelle des activités 2022 du district sanitaire ATOP Kozah/ Promotion de l’entreprenariat : les opportunités offertes aux PME par la loi de finances 2023 expliquées aux entrepreneurs de la kara ATOP Visite du Président Faure Gnassingbé au Gabon : des questions bilatérales, régionales, continentales et internationales évoquées APS Hôpital Amath-Dansokho : plus de 10 000 consultations et 700 scanners réalisés en 2022 (directeur) AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Plus de 3000 actes d’insécurité en 2022 dans l’espace des sept pays ayant ratifié l’Initiative d’Accra

Abidjan abrite un atelier régional de réflexion sur la nutrition en Afrique


  30 Novembre      9        Alimentation (188), Economie (17231), Société (41005),

   

Abidjan, 30 nov 2022 (AIP)- Un atelier régional de réflexion sur les résultats d’une étude menée en Côte d’Ivoire, en Tunisie, au Cameroun et en Tanzanie sur l’impact de la COVID-19 sur l’état nutritionnel des enfants de zéro à cinq ans et des femmes en âge de procréer (15-49 ans), se tient depuis mardi 29 novembre 2022 à Abidjan, à l’initiative de l’Association de soutien à l’autopromotion sanitaire urbaine (ASAPSU).

Selon le directeur exécutif de l’ASAPSU, Kouadio Konan Thomas, l’atelier vise à présenter et analyser les résultats de l’étude sur l’impact de la COVID-19 sur l’état nutritionnel des enfants de moins de cinq ans et des femmes en âge de procréer (15-49 ans) des quatre pays africains. Le but est de dégager des axes de plaidoyer pour les adresser aux autorités et institution, en vue de les amener à aider l’Afrique à pouvoir intégrer la question de la nutrition dans leurs politiques.

« L’étude a durée trois mois. On retient, après cette étude, qu’il y a beaucoup à faire concernant la question de la nutrition en Afrique », a ajouté M. Kouadio.

L’idée, c’est de partir d’une étude pilote sur ces quatre pays, pour avoir des données documentées et faire un plaidoyer auprès des chefs d’Etats de l’Union africaine, qui ont fait de la question de la nutrition une priorité de l’année 2022, a renchéri le responsable du plaidoyer à l’ASAPSU, Prudencio Kenneth.

L’atelier s’achève mercredi. L’ASAPSU est une organisation non gouvernementale de droit ivoirien, existant depuis plus de 30 ans. Elle mène des actions de plaidoyer visant à améliorer les conditions de vie socio-sanitaires des populations vulnérables et défavorisées des milieux urbains et périurbains afin que par l’autopromotion elles parviennent à un développement intégral.

Dans la même catégorie