ANP Niger : Le gouvernement se penche sur le phénomène de la mendicité dans le pays ANP Le Président de la République nomme un nouveau président de l’Autorité de lutte contre la corruption au Niger ANP Niger : Les épreuves écrites de la session 2021 du baccalauréat, prévues pour le 27 juillet, reportées au 4 août prochain ANP Le Niger se dote d’une stratégie nationale de couverture sanitaire universelle pour la période 2021-2030 ACAP Ouverture à Bangui des travaux de la Table-ronde du secteur forestier ACAP Les Magistrats recommandent l’engagement systématique des poursuites disciplinaires à l’encontre des juges indélicats ACAP Le gouvernement condamne les exactions perpétrées près de Bossangoa ACAP Le Ministre de la Justice s’entretient avec l’Ambassadeur de France en Centrafrique GNA Government to establish girls STEM SHS in Accra GNA Murdered Constable Emmanuel Osei laid to rest

ACCÈS DES FEMMES À LA JUSTICE : UN RESPONSABLE DE L’AJS PRÉCONISE UN CADRE DE CONCERTATION


  18 Juin      65        Société (34416),

   

affrine, 18 juin (APS) – Aissatou Kanté Faye, membre de l’Association des juristes sénégalaises (AJS), estime qu’un cadre de concertation des acteurs de la prise en charge et de la prévention des violences faites aux femmes pourrait améliorer l’accès de ces dernières à la justice.

’’Pour que les femmes puissent bénéficier de ces droits, il faut une synergie des acteurs. C’est la raison pour laquelle des cadres de concertation sont mis en place sur le terrain, dirigés par les préfets’’ a t-elle dit.

Elle s’exprimait, vendredi, à Kaffrine au terme d’une caravane de sensibilisation sur l’accès des femmes à la justice. Cette caravane de 3 jours a sillonné Kébemer, Linguère, Diourbel et Kaffrine.

Selon, elle la caravane a montré que les femmes méconnaissent les procédures judiciaires. Il y a surtout le fait que les barrières socio-culturelles continuent de freiner l’accès des femmes à la justice notamment en milieu rural.

’’Nous avons constaté que malgré les efforts de l’Etat et le dispositif mis sur place, les femmes ont encore peur de saisir la justice (…) et au-delà de cette méconnaissance et des pesanteurs socio-culturelles, il ya les difficultés économiques’’, a-t-elle relevé.

Mme Faye, par ailleurs présidente du tribunal d’instance de Rufisque, a expliqué que ’’ce sont les femmes elles-mêmes qui refusent de saisir la justice car pour une simple convocation elles risquent de perdre leur ménage ou encore d’être répudiées’’.

Elle a rappelé que les Boutiques de droit qui sont un label de l’AJS sont en même temps un centre d’écoute et d’assistance pour les femmes.

Aissatou Kanté Faye, président de la Commission enfance de l’AJS, a notamment plaidé pour que l’aide juridictionnelle qui existe en matière criminelle et pénale soit étendue aux affaires civiles, car, dit-elle, ’’les femmes sont surtout confrontés aux cas de divorces’’.

La caravane a été organisée en partenariat avec le Comité sénégalais au droits de l’homme dans le cadre d’un projet intitulé ’’ amélioration de l’accès des femmes à la justice’’ un projet financé par ONU Femmes et l’ Office des Nations unies contre les drogues et le crime (Onudc).

Dans la même catégorie