ABP Gouvernance : Les horaires de travail passent désormais de 7 heures à 20 heures à l’Etat civil de la mairie de Djougou dès ce lundi ABP MEDIAS : Le 20ème anniversaire de la radio Solidarité Fm de Djougou célébré avec faste ABP MEDIAS : Les maires de Djougou et de Copargo offrent du matériel technique à la radio solidarité Fm de Djougou GNA Boxing promoter slams referee Bertin GNA  »Super Body » National Championship slated for November 16 APS Sadio Mane incertain pour la rencontre de mardi face au Soudan (médias) APS Diamniado : Macky Sall inaugure un centre de formation dédié à la mécanique et aux engins motorisés GNA Akwapims hail Bgbin’s brilliant speech at Odwira festival GNA Driver alleged to defiling three year old, granted bail GNA Father jailed 10 years for impregnating daughter

Affaire « Pays de merde » : les pays africains réclament des excuses à Trump


  13 Janvier      44        Monde (333), Photos (19406), Politique (19777),

   

Abidjan, 13 jan (AIP) – Les ambassadeurs du groupe africain à l’ONU ont publié vendredi, un communiqué dans lequel ils dénoncent voix les propos « racistes » du président des Etats-Unis, Donald Trump, qui s’est emporté sur l’immigration qualifiant, selon plusieurs sources, des nations africaines et Haïti de « pays de merde ».

Les 54 pays africains réclament donc des excuses au président des Etats-Unis.

Après la réunion d’urgence qui a duré quatre heures, le groupe de 54 ambassadeurs s’est dit extrêmement choqué et a condamné « les remarques scandaleuses, racistes et xénophobes » de Donald Trump, telles que rapportées par les médias.

Les 54 pays africains exigent ainsi « rétractation et excuses » et s’inquiète de la tendance continue et grandissante de l’administration américaine à dénigrer le continent africain et les gens de couleur.

Lors d’une réunion sur l’immigration avec des parlementaires à la Maison Blanche, Donald Trump s’est emporté jeudi sur l’immigration en provenance de « pays de merde », des mots qu’il conteste en partie.

« Le langage que j’ai utilisé lors de la réunion était dur mais ce ne sont pas les mots utilisés », a-t-il affirmé vendredi sur Twitter. Plusieurs parlementaires ont de leur côté affirmé avoir bien entendu ces mots, ou avoir eu confirmation de première main de la part de personnes présentes, rapporte le site d’information francetvinfo.fr.

cmas

Dans la même catégorie