APS L’ASSU OFFRE DES CONSULTATIONS MÉDICALES GRATUITES POUR LANCER SES ACTIVITÉS ANP Niamey : Lancement des initiatives de la BIT sur les sciences et la finance islamique ANP Bientôt un complexe commercial de l’université islamique à Niamey MAP Nigeria: six soldats tués dans une attaque de Boko Haram APS LE PM LANCE LES TRAVAUX DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES ROUTIÈRES DANS LE SALOUM AIP Côte d’Ivoire: Des résultats probants enregistrés à la caisse nationale de prévoyance sociale (CNPS) AIP Côte d’Ivoire: Un homme se suicide pour protester contre la conversion de sa femme au christianisme AIP Côte d’Ivoire: Les musulmans de Tiassalé invités à taire leurs querelles MAP La 2ème édition des rencontres africaines d’intelligence économique à Dakhla en juin prochain MAP Burundi: une famille de six personnes décimée par des pluies diluviennes

Affaire « Pays de merde » : les pays africains réclament des excuses à Trump


  13 Janvier      55        Monde (385), Photos (20303), Politique (21245),

   

Abidjan, 13 jan (AIP) – Les ambassadeurs du groupe africain à l’ONU ont publié vendredi, un communiqué dans lequel ils dénoncent voix les propos « racistes » du président des Etats-Unis, Donald Trump, qui s’est emporté sur l’immigration qualifiant, selon plusieurs sources, des nations africaines et Haïti de « pays de merde ».

Les 54 pays africains réclament donc des excuses au président des Etats-Unis.

Après la réunion d’urgence qui a duré quatre heures, le groupe de 54 ambassadeurs s’est dit extrêmement choqué et a condamné « les remarques scandaleuses, racistes et xénophobes » de Donald Trump, telles que rapportées par les médias.

Les 54 pays africains exigent ainsi « rétractation et excuses » et s’inquiète de la tendance continue et grandissante de l’administration américaine à dénigrer le continent africain et les gens de couleur.

Lors d’une réunion sur l’immigration avec des parlementaires à la Maison Blanche, Donald Trump s’est emporté jeudi sur l’immigration en provenance de « pays de merde », des mots qu’il conteste en partie.

« Le langage que j’ai utilisé lors de la réunion était dur mais ce ne sont pas les mots utilisés », a-t-il affirmé vendredi sur Twitter. Plusieurs parlementaires ont de leur côté affirmé avoir bien entendu ces mots, ou avoir eu confirmation de première main de la part de personnes présentes, rapporte le site d’information francetvinfo.fr.

cmas

Dans la même catégorie