APS PLUS DE 147 MILLIARDS DE FRANCS CFA ALLOUÉS AU MINISTÈRE DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES EN 2022 AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Le COMADE effectue sa rentrée politique AIP Côte d’Ivoire-AIP/Eliminatoire mondial 2023 : Les Eléphants basketteurs dominent les Guinéens (80-69) APS OMICRON : L’OMS RECOMMANDE L’AMÉLIORATION DE LA SURVEILLANCE SANITAIRE APS AÏSSATA TALL SALL SOUHAITE ’’LA POURSUITE ET L’APPROFONDISSEMENT’’ DE LA COOPÉRATION AVEC LA CHINE APS ABDOULAYE DAOUDA DIALLO : ’’LA RESTAURATION DU POSTE DE PREMIER MINISTRE N’AURA PAS D’INCIDENCE MAJEURE SUR LA LFI 2022’’ APS LIGUE 1 : NDIAMBOUR TENUE EN ÉCHEC PAR GORÉE (1-1) APS YOUSSOU NDOUR INVITE LES ETATS AFRICAINS À DAVANTAGE SOUTENIR LEURS AGENCES DE PRESSE PUBLIQUES APS OUVERTURE D’UNE RENCONTRE BILATÉRALE ENTRE LE SÉNÉGAL ET LA CHINE APS DES ARBITRES EN SÉMINAIRE DE RENFORCEMENT DE CAPACITÉS, DÉBUT DÉCEMBRE

AFRICOM PRÉCISE SA STRATÉGIE  »GAGNANT-GAGNANT » AU SÉNÉGAL


  31 Juillet      85        Militaire (469), Securité (2141),

   

Dakar, 31 juil (APS) – Le Commandement des Etats-Unis pour l’Afrique (AFRICOM) précise ne pas disposer de base au Sénégal mais d’un site de stationnement conformément à l’esprit de sa stratégie consistant en priorité à renforcer, à leur demande, les capacités militaires des pays africains, dans le cadre d’une coopération militaire « gagnant-gagnant ».

Les Etats-Unis « n’ont pas besoin d’une base militaire » au Sénégal et n’ont pas non plus la volonté d’en disposer, a répété le commandant d’AFRICOM, le général Thomas Waldhauser, lors d’un point de presse, lundi, à Dakar.
 
Le site dont dispose AFRICOM, à la base aérienne de Ouakam, sert essentiellement d’appui logistique et compte notamment un dépôt de matériel militaire et des tentes pour le personnel militaire en vue d’éventuelles opérations d’urgence et humanitaire.
 
Le site de la base aérienne de Ouakam est le 12e du genre en Afrique, selon la partie américaine. 
 
« Ce n’est pas une base militaire, c’est juste un site de stationnement », a précisé le général Waldhauser après avoir inspecté les lieux, en compagnie de l’ambassadeur des Etats-Unis au Sénégal, Tulinabo Mushingi.
 
Il sert à régler « les défis liés au temps et à l’espace », en permettant de déployer « de manière très rapide » des troupes au besoin, ce qui permettrait de rapprocher AFRICOM de ses objectifs stratégiques au Mali et au Burkina Faso par exemple, compte tenu de l’étendue du continent africain, a indiqué le général américain.
 
Il explique sa visite par la nécessité de renforcer la coopération militaire avec le Sénégal, dans le but de contribuer au renforcement des capacités de la partie sénégalaise, de manière à mieux faire face aux « enjeux sécuritaires » dans le cadre d’un « partenariat gagnant-gagnant ».
 
Dans cette perspective, le général Waldhauser a dit être également venu pour discuter avec ses homologues sénégalais des problèmes qu’ils rencontrent et voir dans quelle mesure leur apporter une aide, le Sénégal étant un pays « exportateur de la paix », en allusion aux nombreuses missions sénégalaises dans des pays en crise.
 
« Ce que nous voulons, c’est de continuer à coopérer » par le biais de sites, a-t-il dit, avant d’ajouter : « On peut ne pas ne pas être là physiquement » et avoir la possibilité d’intervenir rapidement « en cas de besoin ».
 
« Nous ne nous invitons pas (…). Nous sommes là pour travailler avec le Sénégal et les armées sénégalaises » avec l’ambition de trouver les moyens de continuer à « travailler ensemble », a résumé l’ambassadeur des Etats-Unis au Sénégal.
BK/ASG

Dans la même catégorie