GNA ‘Hemp offers solution to Ghana’s environmental woes’ GNA Chief fisherman calls for transformation of Kpone Landing Beach APS PROJECTION D’UN FILM DES ACTUALITÉS SÉNÉGALAISES SUR LE PREMIER FESTIVAL MONDIAL DES ARTS NÈGRES, CE VENDREDI APS « TOUS LES SÉNÉGALAIS DOIVENT BÉNÉFICIER DES FRUITS DE LA CROISSANCE » (MACKY SALL) AGP Gabon : Fin de la première phase du forum du PSD sur la provincialisation GNA Engage TUTAG on review of expired condition of service GNA Clerk of Ga Presbytery joins the Green Ghana Project GNA SSNIT paid more than 3.3 billion last year to members AIP Football : 32 équipes pour le tournoi Zadi Djédjé à Gagnoa AGP Gabon : Le SNEC-USTM conditionne la reprise des activités par la satisfaction de leurs revendications

Afrique du Sud: Le déficit budgétaire augmente à plus de 12% du PIB en 2020/21 (ministère)


  4 Mai      17        Economie (12314), Finance (547),

   

Johannesburg, 04/05/2021 -(MAP)- L’Afrique du Sud a vu l’écart entre ses recettes et ses dépenses augmenter considérablement en 2020/21, élargissant le déficit budgétaire à environ 12,3% du PIB, a indiqué mardi le ministère des Finances.

« Les dépenses publiques restent trop élevées pour l’assiette fiscale et cet écart n’a fait qu’augmenter en raison de la récession de 2020 provoquée par le confinement mondial lié à la pandémie de la Covid-19, » a déclaré le vice-ministre des Finances, David Masondo au Parlement.

Il a ajouté que « les pressions fiscales supplémentaires exercées par le secteur public, y compris les entreprises publiques, les caisses de sécurité sociale et les municipalités, ne sont toujours pas résolues ».

« La trajectoire budgétaire est une source majeure d’incertitude et, avec les réformes structurelles non résolues, le risque pays de l’Afrique du Sud se situe à un niveau élevé, ce qui fait grimper les coûts d’emprunt pour l’ensemble de l’économie », a-t-il poursuivi.

Il a indiqué également que la dette brute sud-africaine devrait atteindre 80,3% du PIB durant l’exercice actuel, pour se stabiliser par la suite à environ 88,9% en 2025/26.

M. Masondo a signalé par ailleurs, que l’économie sud-africaine continue de lutter contre une tendance de croissance faible qui exacerbe les niveaux élevés de chômage, de pauvreté et d’inégalités sociales alors que le PIB par habitant continue de baisser.

D’autre part, a-t-il poursuivi, « les contraintes d’approvisionnement en électricité, les industries de réseau inefficaces telles que l’eau et les transports, le coût élevé des affaires, la baisse de la productivité et le manque de confiance, entre autres, ont conduit à une baisse des investissements et à un cycle de faible croissance économique ».

« Nous avions déjà une trajectoire budgétaire insoutenable, y compris l’un des niveaux d’endettement qui augmentent le plus rapidement parmi les pays en développement », a-t-il précisé.

Le responsable a souligné, en outre, que malgré le rebond attendu de la croissance économique mondiale en 2021, l’économie sud-africaine ne devrait revenir aux niveaux de 2019 qu’en 2023.

Dans la même catégorie