MAP Basketball: la 4ème édition de la BAL le 24 mai à Kigali, avec la participation du FUS de Rabat ANP Morts dans des attaques à Tillaberi : Le front patriotique pour la souveraineté condamne fermement ces attaques MAP L’intégration économique, un pilier fondamental pour la promotion du développement en Afrique (M. Mezzour) ANP Le Ministre du Commerce et de l’Industrie visite plusieurs unités industrielles et commerciales de la Ville de Tahoua ANP Niamey : Le Président du CNSP reçoit l’Ambassadeur de Chine au Niger MAP Dakhla: Des ambassadeurs africains saluent la « crédibilité » et « l’audace » de l’Initiative Royale pour l’Atlantique Economie et finances / Société et Région MAP Le PAM appelle à une action urgente pour lutter contre l’insécurité alimentaire en Afrique australe MAP L’Angola cultive seulement 17% de ses terres arables (ministre) MAP Massacre de 2009 en Guinée: prison à vie requise contre l’ancien président Moussa Dadis Camara MAP Niger: sept soldats nigériens et « des dizaines » de terroristes tués près du Burkina Faso (officiel)

Afrique du Sud: le ministère de l’Intérieur autorisé à faire appel d’une décision contre l’expulsion de près de 180.000 Zimbabwéens


  15 Mars      14        Droits de l'Homme (675),

 

Johannesburg, 15/03/2024 -(MAP)- La Cour suprême d’appel en Afrique du Sud a autorisé le ministère de l’Intérieur à faire appel d’une décision de justice contre l’expulsion de près de 180.000 Zimbabwéens après l’expiration de leurs permis d’exemption (ZEP), a annoncé vendredi le département de tutelle.

En 2021, le ministère de l’Intérieur avait indiqué que les ZEP dont bénéficiaient les Zimbabwéens depuis 2009 ne seraient pas renouvelés, accordant aux détenteurs de ce document une période de grâce pour trouver d’autres moyens de régulariser leur séjour dans la Nation arc-en-ciel.

Cette décision a suscité les critiques de nombreuses ONG des droits de l’Homme dans le pays, qui ont porté plainte contre le département pour interdire l’arrestation, l’expulsion et la détention des Zimbabwéens après l’expiration de leur permis.

Dans un communiqué, le ministre de l’Intérieur, Aaron Motsoale, s’est félicité de la décision de la Cour suprême d’appel, notant que des instructions ont été données aux représentants légaux du département pour déposer une déclaration sous serment supplémentaire auprès de la Cour constitutionnelle.

Il a souligné également que de nombreux ressortissants zimbabwéens continuent de demander d’autres visas et dérogations, afin de régulariser leur situation dans le pays, comme le prévoit la loi sur l’immigration.

Selon les ONG de défense des droits de l’Homme, les immigrés zimbabwéens sont confrontés à un choix désespéré : rester en Afrique du Sud en tant que migrants sans papiers, avec toute la vulnérabilité que suppose un tel statut, ou retourner dans leur pays d’origine où la situation économique continue de se détériorer.

Dans la même catégorie