MAP Rwanda: les listes des candidats à la Présidentielle et aux législatives dévoilées ATOP Le plan de développement communal de la municipalité de kpélé 2 validé ATOP Assoli : tabaski / des sachets de viande distribue à 1260 démunis AIP Un nouveau corridor logistique Europe-Afrique bientôt ouvert pour offrir des opportunités commerciales aux entreprises ivoiriennes AIP La MUGEF-CI et les directeurs des établissements publics hospitaliers s’accordent pour une meilleure prise en charge des mutualistes ANP Niamey : Le lendemain de la fête de Tabaski ou jour du partage et de solidarité entre les musulmans MAP L’UA condamne fermement les attaques de civils par les ADF à Béni et Lubéro dans la Province du Nord Kivu en RDC APS Les Sénégalais invités à maintenir les villes et les campagnes propres APS L’ambassadeur du Maroc au Sénégal salue le message de paix du chef de l’Etat APS Le Président Bassirou Diomaye Faye se réjouit du climat de paix et de concorde

Afrique du Sud : Plus des trois quarts des écosystèmes des zones humides sont menacés


  14 Février      26        Non classé (674),

 

Johannesburg, 14/02/2023 -(MAP)- Plus des trois quarts des écosystèmes des zones humides en Afrique du Sud sont menacés à cause du réchauffement climatique et des activités humaines, a indiqué mardi la ministre des Forêts, de la Pêche et de l’Environnement, Barbara Creecy.

«En tant que pays pauvre en eau, l’importance de la restauration des zones humides et de l’amélioration des réserves d’eau est vitale», a souligné Mme Creecy dans une tribune, notant qu’il était urgent de sensibiliser aux menaces auxquelles les zones humides sont confrontées

Notant que l’Afrique du Sud se classe parmi les 30 pays les plus secs au monde, elle a mis l’accent sur l’importance de la restauration des zones humides et de l’amélioration de la qualité et de la quantité de l’eau dans le pays.

«La riche biodiversité de l’Afrique du Sud s’accompagne de la responsabilité de la conserver et de l’utiliser de manière durable», a-t-elle insisté.

Par ailleurs, la ministre a mis l’accent sur la nécessité de respecter les engagements mondiaux relatifs à la biodiversité, au changement climatique et au développement durable, en particulier dans le cadre de la Conférence des parties sur la diversité biologique, la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, ainsi que la Convention sur le Commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction.

À cet égard, Mme Creecy a fait savoir que les zones humides jouent un rôle crucial dans la fourniture de l’eau potable, de l’eau de refroidissement pour le secteur de l’énergie et la régulation des inondations.

«Elles contribuent également au contrôle de l’érosion et à l’enrichissement des terres, offrent une résilience aux tempêtes et au changement climatique et fournissent des services précieux pour les secteurs de l’agriculture, la pêche et le tourisme», a-t-elle poursuivi.

La Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes constitue ainsi une occasion de repenser l’impact de l’homme sur l’environnement, en particulier sur les zones humides, a conclu la responsable.

L’Afrique du Sud compte 28 zones humides d’importance internationale, également connues sous le nom de sites RAMSAR. En novembre 2022, la ville du Cap est devenue la première ville d’Afrique du Sud à être dotée de ce label.

Dans la même catégorie