ANP Le Président Bazoum réaffirme son engagement à renforcer la lutte contre la corruption au Niger ANP Echanges à Niamey entre le premier ministre Ouhoumoudou Mahamadou et le président de la commission de la CEDEAO ANP Fête de l’indépendance : Des honneurs rendus à plusieurs personnalités ANP Fête de l’arbre sous le thème de ‘’valorisons le moringa pour améliorer l’économie locale’’ ANP Education : Bazoum promet une grande politique de réformes de l’éducation AGP Guinée/Vente de poissons fumés : M’ma Hawa Camara la soixantaine, témoigne les difficultés dont elle fait face dans la pratique de ce métier AIB Interdiction du port du voile au travail en Europe: «une violation des droits des femmes musulmanes», OCI AIB Burkina/Réouverture des frontières : Le gouvernement attend un certain niveau d’immunisation de la population (ministre) ABP Spécial 1er août / « 61 ans d’indépendance doit être compris comme l’expression d’une gouvernance rigoureuse », dixit Charles Gagnon de la 17ème circonscription électorale AIB Zondoma : La publication de l’information budgétaire, bientôt une réalité dans les communes partenaires de l’AMR

APPEL À UNE SYNERGIE DES ACTEURS CONTRE LES VIOLENCES FAITES AUX ENFANTS


  24 Juin      8        Société (34632),

   

Dakar, 24 juin (APS) – Abibatou Siby, directrice de l’éducation surveillée et de la protection de l’enfant au ministère de la Justice, a appelé jeudi à faire en sorte que « tous les secteurs travaillent ensemble pour mettre un terme à l’ampleur des violences » faites aux enfants au Sénégal.

« Nous devons travailler à mettre un terme à ces cas de violences inacceptables et qui prennent de l’ampleur dans ce pays », a-t-elle lancé.

Elle prenait part au lancement du référentiel national sur la détection et la prise en charge des enfants victimes de violence par les professionnels de santé.

Abibatou Siby estime quil faut que les lois soient appliquées, car « c’est là où le bât blesse ».

« Les Sénégalais doivent avoir l’habitude aussi de dénoncer les auteurs de ces actes de violence sur les enfants. Ce document est rassurant, mais si l’information n’est pas portée au niveau des autorités sanitaires avec la loi de l’omerta qui continue à persister dans notre société, il y aura des enfants qui vont toujours souffrir », a-t-elle mis en garde.

En plus du ministère de la Santé, cette rencontre a vu la participation de plusieurs acteurs de l’enfance des ministères sectoriels et des organisations de la société civile et internationales.

La représentante de l’UNICEF, Silvia Danailov, a salué « l’engagement fort du Gouvernement du Sénégal à travers sa Stratégie nationale de protection de l’enfant et le Plan Sénégal Emergent, qui prennent en compte la réduction de la violence faite aux enfants (…) ».

Selon Mme Danailov, « il est important que les professionnels de santé disposent de procédures, outils et compétences renforcés dans ce domaine, car aucun enfant ne doit être laissé pour compte ».

« Un enfant victime de maltraitance qui a pu être détecté par un professionnel de santé et pris en charge, est un enfant qui a une chance supplémentaire de s’en sortir, de vivre et de grandir en bonne santé », a-t-elle ajouté.

Dans la même catégorie