GNA COVID-19: GHS to source more vaccines GNA NYA develops programme framework to encourage youth volunteerism GNA Diasporan Africans in Canada donate to Street Academy APS CORONAVIRUS : 712 NOUVELLES CONTAMINATIONS ET 05 DÉCÈS ANP Niger : Les épreuves écrites de la session 2021 du baccalauréat, prévues pour le 27 juillet, reportées au 4 août prochain ANP Le Niger se dote d’une stratégie nationale de couverture sanitaire universelle pour la période 2021-2030 ACAP Plus de 300.000 doses de vaccin Johnson-Johnson offertes à la RCA ACP Les ministres provinciaux de l’éducation invités à lutter contre les antivaleurs dans leurs entités ACP Sud-Kivu : 153 personnes touchées par la covid-19 en cette troisième vague ACP L’ambassadeur américain Mike Hammer visite le barrage d’Inga

Arlette Soudan-Nonault pour le relèvement de l’industrie touristique


  12 Avril      14        Economie (12663),

   

Brazzaville, 12 Avril (ACI) – La ministre du Tourisme et de l’environnement, Mme Arlette Soudan-Nonault, a réaffirmé, son engagement à relever l’industrie touristique, pour diversifier l’économie congolaise basée sur le pétrole.

«Pendant longtemps, nous avons basé notre économie sur l’économie de l’Or noir. Récemment, le gouvernement a inscrit, dans le Plan national de développement 2018-2022, le tourisme comme étant l’un  des leviers de la diversification, au même titre que l’agriculture et les industries au sens large», a-t-elle dit au cours de à la tribune médiatique de l’Aci, session 2021.

Pour y arriver, a-t-elle poursuivi, il a fallu d’abord construire l’arsenal juridique pendant cinq ans et  apporter six lois,  quatre adoptés et promulgués, dont la plus emblématique est celle qui règlemente le secteur du tourisme. L’une de ces lois est passée en première saisine portant classification hôtelière d’hébergement au profit du secteur privé.

«Aujourd’hui, une fois que nous aurons la bancarisation, les voies d’accessibilité et la sécurité du territoire, nous  pourrons relever l’industrie du tourisme avec le secteur privé», a-t-elle fait savoir, précisant que l’Etat a garanti, à travers la municipalisation accélérée, le grand maximum d’infrastructures qui viennent à point nommé relever ce secteur considéré comme la ‘’troisième économie du monde’’.

Avec ces infrastructures, a souligné Mme Soudan-Nonault, le gouvernement veut un tourisme vert et de mémoire. A son avis, il sied de conforter les prestataires de services, de lier le secteur privé à la nouvelle appropriation de la levée de cette économie, soulignant que ce n’est pas à l’Etat de garantir la levée financière dudit secteur.

Elle a précisé que l’Etat demande au secteur privé embryonnaire de se conformer à la règlementation en vigueur dans le pays et de monter des business plans avec des établissements bancaires, afin d’investir dans le domaine, car le rôle de l’Etat est de faire la mise en concession en relevant des taxes, des impôts et des amendes pour ceux qui ne sont pas en règle. Cette mise en concession permettra d’augmenter l’assiette fiscale.

«Nous prêchons par quelques exemples pour susciter de l’intérêt. Après les travaux des ‘’Cataractes’’, nous allons procéder à une mise en concession, parce que le rôle de l’Etat n’est pas de gérer des sites touristiques. Ces sites sont gérés par le secteur privé, à travers lequel il y aura la création d’emplois», a-t-elle ajouté.

Appelant les Congolais au respect des textes, elle a dit que le tourisme est un secteur transversal qui ne peut pas se lever sans les autres secteurs de la vie publique et l’implication de tout le monde.

Tous les pays qui vivent du tourisme ont pris du temps pour créer la levée de cette économie, et cela nécessite des budgets colossaux en matière de communication, a conclu Mme Soudan-Nonault.

Dans la même catégorie