AIP Le ministre Laurent Tchagba en Italie à Rome pour la 27ème session du COFO et la 9ème semaine mondiale des forêts AIB Namentenga : Le haut-commissaire constate la dégradation du radié du barrage de Boulsa AIB Burkina/FSP : La douane mobilise plus de 7 milliards FCFA au premier semestre de l’année 2024 MAP Le Nigeria inflige au groupe Meta 220 millions de dollars d’amende pour violations de la protection des données personnelles (communiqué) AIB Burkina/Terrorisme : Le Premier ministre Kyelem charge l’Allemagne et la France MAP Cameroun : deux civils tués par Boko Haram dans l’Extrême-Nord AIB Garango/Religion: Des populations sollicitent les faveurs de la colline sacrée Boulgou AIB Paix et cohésion sociale : Les Sahéliens prennent langue à travers un colloque régional à Dori APS SENEGAL-MONDE-MEDIAS / Forum des médias de Susha : la détection des fausses informations et la lutte contre la désinformation au menu des échanges APS AFRIQUE-MONDE-CLIMAT / COP 29 : plusieurs chefs d’Etat africains attendus à Baku (Ilham Aliyev)

Bango: un artisan promeut la construction de bâtiments à base d’argile et de typha


  23 Mars      115        Environnement/Eaux/Forêts (6792),

 

Saint-Louis, 23 mars (APS) – Mamadou Mbaye, un artisan plus connu sous le nom de Imam, promeut un type de bâtiment utilisant uniquement de l’argile et du typha à la place du ciment et du fer pour la construction.

 »Les gens sont habitués au ciment et au fer mais avec ce type de bâtiment écologique je n’utilise que du matériel de mon environnement immédiat », a dit l’artisan dans un entretien avec l’APS en marge d’une visite d’un lieu de fabrique qui se trouve à la périphérie du quartier de Bango.

Tout autour de sa demeure, faite d’argile et de typhas, sont jonchées des briques destinées à la construction d’un bâtiment en chantier dans un autre quartier de la ville.

 »Ces briques que vous voyez répondent aux normes de qualité et de sûreté pour un bâtiment de quatre chambres », a garanti l’artisan qui n’utilise que du matériel que lui offre son environnement immédiat.

 »Même pour la peinture, la farine et l’argile peuvent faire l’affaire, je n’ai pas besoin d’aller dans les quincailleries », explique-t-il.

Seulement, a-t-il relevé, il est difficile de faire croire aux populations déjà habituées au ciment les bienfaits de cette méthode artisanale de construction.  »Pourtant nos aïeuls à Bango et dans les autres villes ont toujours habité dans ces genres de bâtiment », dit-il.

Selon lui, ces bâtiments en toit de chaume régulent la température et gardent la fraîcheur qu’ils restituent en temps de chaleur et vice-versa contrairement au ciment qui vous incite à utiliser les ventilateurs ou climatiseurs avec tous les inconvénients.

A l’origine, Imam Mbaye était avec son père pour s’activer dans la régénération de la mangrove qui occupe toujours une partie de ses activités chaque année.

Après des années de formation, il a glané de l’expérience pour enfin s’initier à cette activité orientée vers la construction des bâtiments écologiques.

L’artisan garantit n’avoir pas besoin de fer pour le chaînage de ses bâtiments qui peuvent pourtant s’élever en hauteur avec plusieurs niveaux.

‘’Parfois je reçois des commandes et je les exécute au grand bonheur des propriétaires », a-t-il dit. Ces bâtiments se retrouvent dans la région de Tambacounda mais la différence est que là-bas la bouse de vache est utilisée à la place du typha qui est plus durable, note-t-il

Dans la même catégorie